Olivier Véran, un « punching ball » pour « beaucoup de monde »

Critiqué pour sa gestion de la campagne de vaccination, Olivier Véran a affronté une année noire où le virus a occupé “90%” de son temps, relate Libération dans un portrait ce samedi 23 janvier, où des proches l’ont décrit comme un “ministre compétent” mais qui n’a pas “su communiquer de manière adéquate.”

A propos de

  1. Olivier Véran

Après une année 2020 marquée par le virus, 2021 démarre avec ses variants. Face à cette crise sanitaire sans précédent, Olivier Véran a été la cible d’accusations de toutes parts qui lui ont reproché pêle-mêle la pénurie de masques, la mauvaise gestion des tests ou encore le démarrage jugé “trop lent” de la campagne vaccinale. Ce samedi 23 janvier, un portrait de Libération lui est consacré, dans lequel sont évoquées les critiques dont l’ancien député de l’Isère a fait l’objet, de l’opposition mais aussi de son propre camp. “Véran est le punching-ball expiatoire de beaucoup de monde, a rapporté un “copain” député auprès de nos confrères. Il absorbe les revirements de l’opinion mais aussi de l’Élysée. Sur les vaccins, c’est spectaculaire. D’abord, il fallait qu’il aille lentement et puis, finalement, qu’il aille vite.” Le neurologue de profession, dont les journées sont occupées à “90%” par la pandémie, aurait en réalité “peu de pouvoir sur la logistique”.

Les sources citées par Libération ne sont pas tendres avec le Grenoblois de 40 ans, qui s’est récemment rendu en visite officielle dans le CHU de Grenoble où il a travaillé par le passé. Selon ce proche du chef de l’État, il n’aurait pas “su anticiper les craintes de l’opinion”, ni “communiquer de manière adéquate”. Pour autant, le compagnon de la députée (LREM) de l’Hérault Coralie Dubost n’est pas “en sursis” à son poste, même si ses détracteurs sont convaincus que ses jours au ministère de la Santé sont comptés. “Olivier Véran est non seulement un ministre compétent, mais également un homme engagé et porté par ses convictions, a tenu à rappeler le Premier ministre, Jean Castex, à Libération. Sa solidité et sa détermination en font un atout indispensable de l’équipe gouvernementale, en particulier face à la crise inédite que nous traversons.”

Un amateur de dancefloor

Au sein de la majorité présidentielle, les élus LREM n’ont d’ailleurs pas manqué de rappeler que “tout le monde adore Olivier ici”. Une petite anecdote s’est d’ailleurs glissée dans le portrait : avant d’affronter l’épidémie, l’ancien élu socialiste “les faisait danser en transformant en dancefloor la buvette de l’Assemblée”. Très présent auprès du groupe parlementaire, Olivier Véran n’a jamais manqué les rendez-vous, les réunions ou les invitations, malgré son emploi du temps chargé. À ce sujet, Olivier Véran a rapporté un souvenir au cours de cet entretien. “Quand j’étais député PS sous François Hollande, au bout de trois ans et demi de mandat, quand j’allais sur les marchés, j’avais l’impression d’être Pierre Richard dans la Chèvre. Les gens étaient quasiment désolés pour moi. Là, rien de tout cela”, a-t-il évoqué, en précisant que “les élus ne sont pas mal accueillis sur le terrain parce que Macron est un grand président”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet