Olivier Véran « tête de turc » de Renaud Muselier : pourquoi ils sont en froid

La rivalité entre Renaud Muselier et Olivier Véran ne date pas d’hier. Depuis le début de la crise sanitaire, le président LR sortant de la région PACA prend un malin plaisir à critiquer ouvertement le ministre de la Santé. Une posture qui pourrait bien changer après son alliance avec LREM, en marge des élections régionales.

A propos de


  1. Olivier Véran

Le torchon brûle entre Renaud Muselier et Olivier Véran. Pourtant, les deux hommes ont des profils similaires, puisqu’ils sont tous les deux médecins de profession, tombés dans l’univers politique depuis plusieurs années. Mais depuis le début de la crise du Covid-19, le président LR sortant de la région PACA ne fait aucun cadeau au ministre de la Santé, pointant du doigt ses prises de décision. Sur le plan de la médecine comme sur le plan politique, les deux hommes ont bien du mal à accorder leurs violons. Invité sur Europe 1 en janvier dernier, Renaud Muselier n’avait pas épargné Olivier Véran, lui reprochant notamment de ne pas faire confiance aux élus locaux: “Monsieur Véran a quand même une mémoire très sélective, tout ce qu’il fait est remarquable et tout ce que font les autres, ce n’est toujours pas bien, au mauvais moment“, avait-il tranché.

Puis d’ajouter, agacé : “Je me permets de rappeler les errements de Monsieur Véran sur les masques. Il n’y en avait pas et donc il nous expliquait qu’il ne fallait pas le porter. Il a dit qu’il allait faire les tests et on ne les a pas faits. Parallèlement à ça, il nous a dit qu’on allait éviter le deuxième confinement. On l’a eu. Il est en train de dire une chose pour le troisième“. Pour David Doukhan, journaliste au Parisien, Renaud Muselier “a choisi Véran comme tête de Turc“.

“Arrogance et prétention”

Alors que les cartes sont redistribuées depuis l’annonce de l’alliance entre Renaud Muselier et La République en marche en marge des élections régionales, la ligne de conduite du président sortant de la région PACA pourrait bien changer. Lui qui multipliait les coups sur Olivier Véran va-t-il mettre de l’eau dans son vin? Rien n’est moins sûr, alors qu’il ironisait, en janvier dernier. “Olivier Véran nous dit toujours qu’il est prêt mais quand il le dit, mieux vaut se méfier! Nos relations sont particulièrement difficiles avec Olivier Véran et le ministère de la Santé. Ils ont l’arrogance et la prétention de savoir qu’ils ont raison. (…) Mais le ministère de la Santé s’est bunkerisé, il est devenu un État dans l’État. Véran s’est fait bouffer par son administration“.

Crédits photos : Eric Tschaen / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet