Obsèques de Régine : Bernard Montiel, Carole Bouquet, Caroline Margeridon… disent adieu à la “Reine de la nuit”

Ce lundi 9 mai, les obsèques de Régine ont été organisées à Paris. De nombreuses célébrités se sont rendus à cette hommage pour dire un dernier au revoir à la Reine de la nuit.

L’émotion était au rendez-vous, ce lundi 9 mai au crématorium du cimetière de Père-Lachaise. En effet, les proches mais aussi de nombreuses célébrités ont dit un dernier au revoir à Régine, la Reine de la nuit, décédée le 1er mai dernier. Ainsi, ils ont été nombreux à se rendre dans le célèbre cimetière du XIe arrondissement de Paris : Carole Bouquet, Anthony Delon, Yamina Benguigui ont été remarqués. Du côtés des chanteurs, Marc Lavoine, ou encore Jane Birkin étaient aux côtés de Bernard Montiel et Caroline Margeridon. Les politiques étaient également représentés à l’image Rachida Dati, Roselyne Bachelot ou encore Anne Hidalgo.

Le cercueil de Régine est arrivé dans un carrosse assez fantasque, tiré par deux magnifiques chevaux. Une mise en scène majestueuse pour la Reine de la nuit, qui a tiré sa dernière révérence ce dimanche 1er mai, comme l’annonçait le communiqué de l’AFP. L’artiste avait montré dernièrement des signes de grande fatigue :  "L’été dernier, elle a eu un pépin de santé et je suis rentrée de Londres. Nous nous sommes rendu compte qu’elle ne pouvait plus rester chez elle", confiait alors Daphné Rotcage dans les colonnes de Paris Match, le jeudi 5 mai.

Régine, cette Reine de la nuit

Âgée de 92 ans, elle a été un exemple pour de nombreux artistes :  "La reine de la nuit s’en va : fermeture pour cause de longue et grande carrière", indique le communiqué écrit par l’humoriste Pierre Palmade, ami proche de Régine qui est "partie avec sa boule à facettes et sa gouaille chaude et rassurante". La chanteuse "avait fait danser pendant plus de 30 ans dans ses boîtes de nuit les stars du monde entier", poursuit ce texte transmis à l’AFP. Son prénom est devenu ainsi "l’emblème des nuits folles jusqu’au petit matin, elle-même dansant sur la piste jusqu’à la fermeture", indique le texte de Pierre Palmade.

Source: Lire L’Article Complet