Nordahl Lelandais : une femme assure lui avoir fourni des téléphones portables en prison

Alors que Nordahl Lelandais est la cible d’une enquête pour « recel » en prison, une certaine Elizabeth a avoué lui avoir fourni des téléphones portables lors de son incarcération. Une confidence faite le vendredi 14 janvier 2022 dans les colonnes du journal Le Dauphiné Libéré.

Restez informée

Le lundi 31 janvier 2022 s’ouvrira le procès de Nordahl Lelandais pour l’enlèvement, la séquestration et le meurtre de la petite Maëlys. Une audience qui fait suite au procès concernant l’homicide d’Arthur Noyer, pour lequel il est incarcéré au sein de la prison de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, depuis septembre 2017. Mais même s’il est placé en isolement, Nordahl Lelandais fait toujours parler de lui. Et pour cause, l’homme de 38 ans est visé par une nouvelle enquête pour « recel ». La raison ? Un téléphone portable a été retrouvé allumé sous son lit. Un objet saisi par les enquêteurs, qui tentent désormais de découvrir comment Nordahl Lelandais se l’est procuré, et avec qui il communiquait. Mais ces derniers pourraient avoir leur réponse plus vite que ce qu’ils auraient imaginé. En effet, une femme âgée de 50 ans a avoué, le vendredi 14 janvier 2022 dans les colonnes du journal Le Dauphiné Libéré, avoir fourni Nordahl Lelandais à plusieurs reprises.

Nordahl Lelandais : son « ex-compagne » sort du silence

L’intéressée s’appelle Elizabeth et se présente comme étant « l’ex-compagne » de Nordahl Lelandais. « En septembre 2021, je lui ai amené deux smartphones qu’il exigeait, entièrement en plastique, dont il m’avait donné la marque et le modèle, parce qu’ils ne sonnaient pas au portique de sécurité« , explique-t-elle auprès de nos confrères. « Je lui ai apporté également deux chargeurs, trois cartes SIM, deux grammes de cocaïne et du rhum au cours de mes visites en les cachant sur moi« , a-t-elle ajouté. D’après Elizabeth, les premiers contacts avec Nordahl Lelandais remontent à l’année 2019, quand elle lui écrit pour la première fois par courrier. La quinquagénaire a ensuite rendu visite à l’intéressé. Une relation charnelle commence alors. « J’étais un outil pour lui, uniquement un outil, pour lui apporter ce dont il avait besoin matériellement, affectivement, sexuellement », confie-t-elle. Leur relation a pris fin en décembre 2021, après les fêtes de Noël. « J’ai perdu trois ans de ma vie », précise-t-elle.

Source: Lire L’Article Complet