“Non mais soyez sérieux” : Mathilde Panot élève le ton face à Olivier Véran

Lors du débat organisé sur la chaîne d’informations en continu BFM TV à propos de la réforme des retraites, le ton est vite monté entre le porte-parole du gouvernement Olivier Véran et la cheffe de file à l’Assemblée nationale des Insoumis, Mathilde Panot. S’il y a bien eu débat, difficile de dire s’il y a vraiment eu dialogue.

Les esprits s’échauffent autour de la réforme des retraites. Ce mardi 24 janvier, BFM TV organisait un grand débat sur sa chaîne à propos de cette actualité centrale, avec comme invités Mathilde Panot, présidente du groupe La France Insoumise à l’Assemblée nationale, Jordan Bardella, président du parti du Rassemblement national et Olivier Véran, porte-parole du gouvernement et seul défenseur de cette réforme face aux deux membres de l’opposition.

Alors que le débat a porté sur toutes les principales mesures de la réforme, le ton est monté entre les personnalités politiques lorsqu’Olivier Véran, souhaitant prouver la dimension sociale existante de cette réforme, a expliqué à Mathilde Panot qu’elle et son groupe n’étaient que dans l’opposition pure et dure, sans réflexion : « Je suis sûr que sur les 20 articles, si on les regardait ensemble, il y en a une dizaine que vous pourriez voter«  a lancé l’ex-ministre de la Santé à la députée. « Par exemple, la prise en compte du congé parental, c’est bien ou c’est pas bien ? » a-t-il demandé. « 3 000 femmes pour 200 000 femmes qui vont devoir travailler deux ans de plus […] Vous donnez d’une main, vous reprenez de l’autre«  a alors contré celle que certains jugent « un peu raide » à l’Assemblée.

Les deux représentants des forces politiques opposées se sont alors obstinés à défendre leurs positions, donnant l’impression d’un dialogue de sourds : « Mme Panot, le congé proche aidant, on considère que quelqu’un qui s’occupe d’un enfant, ou d’un proche, ou d’un parent malade, ou en situation de handicap, et qui du coup ne peut pas bosser, jusqu’ici, c’était pas compté, là on va lui dire ‘C’est compté, c’est pas du temps perdu et on va pas vous forcer plus tard’ c’est bien ou c’est pas bien ? Vous le votez ou pas ? Est-ce que vous le votez ? » a demandé le père de Nina et Romain. « Mais vous forcez tout le monde à travailler deux ans de plus. Vous nous expliquez que ‘Regardez ! Extraordinaire ! Vous allez avoir quatre trimestres en plus sur ça mais on vous en reprend huit de l’autre côté’. Non mais soyez sérieux M. le Ministre ! » a répondu la députée LFI. Un échange tendu qui a dû finalement être stoppé par les journalistes de la chaîne, qui, en arbitres, ont tenté de recentrer le débat sur un autre volet de la réforme.

Vif échange entre Mathilde Panot (@MathildePanot) et Olivier Véran (@olivierveran) sur les carrières hachées des femmes #DebatBFM pic.twitter.com/UAT0q6DFVS

⋙ PHOTOS – Ces femmes politiques qui ont marqué l’année 2022

Pour Olivier Véran, Mathilde Panot ne « vous parle pas, elle vous engueule ! »

Des désaccords entre l’homme politique de Renaissance et la femme politique de la NUPES, il en existe depuis longtemps. En juillet dernier déjà, le porte-parole du gouvernement, qui songe à arrêter la politique un jour, avait violemment critiqué Mathilde Panot après son tweet polémique en réaction à la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, où elle avait critiqué les propos d’Emmanuel Macron.

Lors d’une interview en matinale, Olivier Véran s’était plaint du fond de la pensée de la femme politique mais aussi de la forme et de ses manières : « Elle vous parle pas, elle vous engueule ! » avait-il fustigé. Difficile de croire après ça que ces deux personnalités politiques pourraient un jour s’entendre sur un texte…

Crédits photos : Capture écran / BFM TV

A propos de

  • Abonnez-vous à vos stars préférées et recevez leurs actus en avant première !

  • Mathilde Panot

  • Olivier Véran

À découvrir en images

PHOTOS – Ces femmes politiques qui ont marqué l’année 2022

Ancienne ministre chargée des Transports, ancienne ministre de la transition écologique et solidaire et ancienne ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Elisabeth Borne est nommée Première ministre par Emmanuel Macron le 16 mai 2022. Elle est la deuxième femme à accéder à ce poste après Edith Cresson en 1991.

Ancienne présidente de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet devient ministre des Outre-mer le 20 mai 2022. Elle quitte cette fonction le 18 juin 2022 lorsqu’elle elle est élue présidente de l’Assemblée Nationale. Son élection est historique, puisqu’elle est la première femme à occuper cette fonction.

Valérie Pécresse a mis un pied au gouvernement en 2011 en étant nommée ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche puis ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État. Actuelle présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, elle a surtout marqué l’année 2022 avec sa candidature à l’élection présidentielle sous la bannière des Républicains. Elle perd dès le premier tour le 10 avril 2022, avec seulement 4,8 % des voix.

L’année 2022 aura marqué un tournant dans la carrière politique de Marine Le Pen. La cheffe de fille du Rassemblement National a présenté sa candidature à l’élection présidentielle pour la troisième fois. Le 10 avril 2022, elle se qualifie pour le second tour avec 23,1 % des voix. Elle affronte pour la deuxième fois Emmanuel Macron le 24 avril, contre qui elle s’incline avec 41,5 % des votes. Elle laisse ensuite sa place à Jordan Bardella à la présidence du Rassemblement National le 5 novembre 2022 et prend la présidence du groupe Rassemblement national à l’Assemblée nationale.

La maire de Paris a marqué les esprits en 2022 avec sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 sous la bannière du Parti Socialiste, qu’elle annonce le 12 septembre 2021 depuis Rouen. Ne parvenant pas à convaincre les électeurs, elle s’incline dès le premier tour face à ses adversaires avec 1,74 % des suffrages, le score le plus bas jamais enregistré par le PS à une élection présidentielle.

L’ancienne porte-parole puis présidente déléguée du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale est élue présidente des députés LREM au sein de l’Hémicycle, dès le premier tour d’un vote interne, face à trois autres candidats, le 22 juin 2022. Aurore Bergé est ainsi la première femme à prendre la tête du groupe parlementaire.

Autour de

Source: Lire L’Article Complet