Mort de Lola, 12 ans : cette altercation qui pourrait être à l’origine du drame

Ce mardi 18 octobre, Le Parisien revient sur l’enquête en cours sur le meurtre de Lola, 12 ans, retrouvée dans une malle en plastique ce vendredi 14 octobre, à Paris. Nos confrères relatent l’altercation entre la mère de la collégienne et la principale suspecte avant le drame.

Dahbia B. a-t-elle « violé, supplicié et asphyxié » Lola, 12 ans ? Principale suspecte du meurtre de la collégienne, retrouvée dans une malle en plastique dans le 19e arrondissement de Paris, vendredi 14 octobre, la jeune femme de 24 ans a reconnu les faits avant de se rétracter. « Coup de folie ? Acte gratuit de pure perversion ? », s’interroge Le Parisien, ce mardi 18 octobre. Les motivations de la SDF, entendue par la police, restent encore floues alors que « des interrogations se posent sur son état de santé mentale« . En attendant « de futures expertises psychiatriques », les enquêteurs se penchent sur la piste d’une « possible vengeance » de Dahbia B. à l’égard de la famille de Lola, qui a arrêté de donner signe de vie à sa sortie du collège vers 15h30, le jour de son meurtre.

Selon les premiers éléments de l’enquête, révélés par nos confrères, elle aurait eu une « altercation avec la mère de la collégienne, gardienne d’immeuble comme son mari » après qu’elle ait refusé de lui « délivrer un passe Vigik, un badge d’accès à l’immeuble » dans lequel elle vivait « depuis quelques semaines ». Sans domicile fixe, c’est sa grande sœur qui l’hébergeait, rue Manon, dans le XIXe arrondissement de Paris. Dahbia B. est aperçue par le père de Lola sur les images des caméras de surveillance. Il découvre que sa fille « est bien rentrée dans la résidence, précédée d’une jeune femme d’une vingtaine d’années à la silhouette svelte ».

Lola retrouvée morte le soir de sa disparition

Sur les vidéos, il constate que « vers 17 heures », cette même inconnue quitte l’immeuble « sans sa fille », « les bras lestés de deux valises : un bagage cabine et une lourde caisse en plastique à roulettes ». Une fois les autorités alertées de la disparition de Lola, un premier témoin leur explique avoir aidé une femme à charger ses bagages dans une Dacia « conduite par un homme ». En échange, elle promet « de le rémunérer grâce à ‘une vente d’organes’ contenus dans la caisse« . Il constate alors que « du sang s’écoulait de l’intérieur » et sent « une forte odeur de Javel » en plus d’avoir « senti un membre à l’intérieur de la valise ».

Ce n’est que vers 23h15 que la malle est découverte par un second témoin dans les parties communes de la résidence. Le corps de Lola y est recroquevillé. Selon les résultats de l’autopsie, la fillette a succombé à « une défaillance cardio-respiratoire avec manifestation asphyxique ». Interpellée samedi matin à Bois-Colombes, Dahbia B. a été mise en examen pour « recel de cadavre », « meurtre sur mineur de moins de 15 ans accompagné de torture ou actes de barbarie«  et « viol sur mineur ». Quant à la piste du « trafic d’organes », l’avocat de la SDF la réfute. Un mobile qui n’a « jamais été envisagé » par les enquêteurs, explique Me Alexandre Silva, invité de 22h max, l’émission de Maxime Switek, sur BFMTV ce lundi 17 octobre.

Crédits photos : Jonathan Rebboah / Panoramic / Bestimage

A propos de

  • Abonnez-vous à votre star préférée et recevez ses actus en avant première !

  • Lola

Autour de

Source: Lire L’Article Complet