Michel Drucker : cette raison pour laquelle il pense qu'il sera "animateur centenaire"

Vendredi 30 avril 2021, Michel Drucker était invité de l’émission C à Vous sur France 5. Venu présenter son livre Ça ira mieux demain, le présentateur, opéré du cœur en 2020, a expliqué pourquoi il souhaitait travailler jusqu’à ses 100 ans.

  • Michel Drucker

Dimanche 28 mars 2021, Michel Drucker faisait son grand retour à la télévision dans Vivement dimanche après plus de sept mois d’absence. Opéré du cœur en septembre 2020, l’animateur aux 57 ans de carrière avait bien peur de ne plus jamais retrouver le célèbre canapé rouge de son talk-show. “J’ai probablement attrapé un streptocoque au cours d’un soin dentaire. J’aurais dû prendre des antibiotiques avant et après. C’est impératif, surtout si l’on a déjà eu des petits soucis cardiaques comme moi. Résistant, le streptocoque a attaqué tous mes organes”, confiait l’animateur de 78 ans les colonnes de Paris Match le jeudi 22 avril. Dans ce même entretien, celui qui avait craint l’amputation, exprimait aussi son souhait de ne jamais partir à la retraite. “Je veux être le premier centenaire de la télévision !”, avait-il déclaré fièrement. Une phrase lourde de sens qui avait été très commentée sur les réseaux sociaux mais qui a aussi intrigué la journaliste Anne-Elisabeth Lemoine.

Michel Drucker désireux de continuer comme Hugues Aufray et Line Renaud

Vendredi 30 avril, alors qu’elle recevait Michel Drucker dans l’émission C à Vous sur France 5 pour la sortie de son livre Ça ira mieux demain (Robert Laffont), l’animatrice de 50 ans lui a demandé s’il avait vraiment l’intention de continuer la télévision une fois passé le cap des 100 ans. Michel Drucker ne semble pas avoir changé d’avis… “Vous avez vu Hugues Aufray, 91 ans, qui chante 60 fois par an ? Jean-Paul Rouland, 93 ans ? Line Renaud ? Magnifique !”, a-t-il répondu en citant les noms de ces artistes, tous nonagénaires, et toujours en activité. Mais surtout, celui qui a confié avoir attrapé le “virus de la télé” très jeune semble certain de l’efficacité du traitement qu’il a suivi à l’hôpital durant les longues semaines de sa prise en charge : “Quand j’ai quitté (l’établissement) Pompidou, on m’a dit que tout était refait et que tout était neuf”. Assez on l’espère pour repartir pour, au mois, vingt-deux ans ?

Source: Lire L’Article Complet