« Mère fouettarde » : Ségolène Royal se livre sur les attaques sexistes

En plus de trois décennies de vie politique, Ségolène Royal a essuyé d’innombrables critiques et commentaires désobligeants, qu’elle n’oubliera jamais. Lors d’une interview accordée à Télé-Loisirs pour le podcast Parents d’abord, l’ancienne ministre s’est remémorée les attaques sexistes subies pendant des années.

A propos de

  1. Ségolène Royal

Le monde politique est réputé pour être particulièrement cruel, et ce n’est pas Ségolène Royal qui dira le contraire. Invitée dans le podcast de Télé-Loisirs intitulé Parents d’abord, l’ancienne ministre de l’Environnement est revenue sur les remarques sexistes dont elle a été victime pendant pendant plusieurs années, notamment celle de Laurent Fabius, qui lui avait lancé : “Qui va garder les enfants ?“, lors de la primaire de la présidentielle en 2007. Des propos qu’elle n’a pas oubliés, parmi tant d’autres. “C’est violent comme phrase. Il y en a des encore plus violentes. On m’a traitée de mère fouettarde, on a dit : ‘Qu’est ce qu’elle vient faire en politique ?’ ou bien ‘Qu’elle aille donc s’occuper de ses gosses’… C’est une violence anti-femmes car il y a toujours le doute sur votre compétence alors que j’avais autant de diplômes que les hommes qui m’agressaient, et souvent plus d’expérience qu’eux. C’est la double peine d’être à la fois une mère et une femme. C’est la double mise en cause de votre compétence“, a-t-elle déclaré.

Les moqueries, les commentaires déplacés, Ségolène Royal n’en a que faire. Sûre d’elle et de ses compétences, l’ex-compagne de François Hollande n’hésite d’ailleurs pas, treize ans après avoir visé les plus hautes fonctions de l’Etat, à étriller les décisions du gouvernement en place.

Femme politique et mère

Si elle est très fière de ses quatre enfants, Ségolène a également confié dans le podcast avoir été tiraillée par le poids de ses responsabilités politiques et son rôle de mère. Une charge mentale dont souffre de nombreuses mères. “Il y a toujours le tiraillement de ne pas être à la sortie de l’école tous les jours. C’est ça le poids le plus lourd : ne pas être à 16h tous les jours à la sortie de l’école maternelle et primaire. Ça, c’est quelque chose qui m’a beaucoup pesé“, a-t-elle expliqué.

Crédits photos : Andreina Flores / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet