Meghan Markle et Harry : leur sécurité va leur coûter une véritable fortune

Alors qu’ils vont changer de statut au printemps, la sécurité de Meghan Markle et du prince Harry ne pourra plus être financée par le Canada. Malgré tout, si le couple souhaite toujours être protégé, il devra payer pas moins de 20 millions de livres sterling par an, une somme conséquente alors qu’ils n’ont pour l’instant aucun revenu.

En janvier dernier, le prince Harry et Meghan Markle renonçaient à leurs fonctions royales et quittaient l’Angleterre, direction le Canada. En voulant s’émanciper, le couple doit affronter toute une série de camouflets qui sonnent comme des petites leçons de la part de personnages puissants. Il y a d’abord eu la reine Elizabeth II qui a refusé qu’ils utilisent la marque Sussex Royal pour gagner de l’argent, les forçant à mettre à la poubelle des milliers d’objets dérivés déjà produits et il y a ensuite eu Justin Trudeau.

Lorsque les parents d’Archie ont annoncé qu’ils allaient vivre au Canada, les Anglais ont fait savoir qu’il était hors de question qu’ils continuent à payer leur sécurité alors comme pour éteindre un début d’incendie, le Premier ministre du Canada faisait savoir que son pays allait prendre les frais en charge. Seulement, c’est bientôt terminé comme expliqué par Mary-Liz Power, porte-parole de Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la protection civile du Canada. “Cette aide cessera dans les prochaines semaines, en concordance avec leur changement de statut,” a-t-elle lancé face caméras.

Et maintenant ? S’ils veulent toujours jouir d’un service de sécurité, Meghan Markle et le prince Harry vont devoir mettre la main à la poche. D’après le DailyMail, ils devront débourser pas moins de 20 millions de livres sterling par an, soit plus de 23 millions d’euros, s’ils souhaitent continuer à employer un service de sécurité. Le Mirror estime de son côté que le couple aurait besoin de pas moins de 12 agents pour les protéger d’autant qu’ils ne sont pas tout le temps ensemble.

Source: Lire L’Article Complet