Meghan Markle dénigrée : sa nouvelle contre-attaque avec un dossier de 30 pages explosives

Accusée d’avoir harcelé son staff, Meghan Markle a compilé ses arguments dans un dossier, censé détailler les raisons pour lesquelles le duc et la duchesse de Sussex se sont séparés de certains collaborateurs, révèle le Daily Mail ce vendredi 25 juin.

Meghan Markle aurait-elle été abusive envers son staff ? D’après plusieurs anciens collaborateurs, l’épouse du prince Harry aurait eu des agissements problématiques avec des membres de son personnel. Pour se défendre, l’actrice américaine a constitué avec son mari un dossier de trente pages justifiant leurs relations avec leur staff au palais de Kensington. Ces documents sont censés expliquer les raisons pour lesquels le couple, désormais installé en Californie, s’est séparé de certains personnels, relate le Daily Mail, ce vendredi 25 juin.

Pour l’heure, le palais a refusé de commenter publiquement cette affaire en cours, les accusations de harcèlement moral étant toujours en cours d’investigation. Pour autant, le prince William aurait été instantanément “furieux” en prenant connaissance du “dossier de détresse”. Ce fameux dossier, compilé par le directeur de la communication du palais de Kensington, Jason Knauf, mettrait en lumière les abus et humiliations de Meghan Markle envers le staff du palais. “Mais regardez la manière avec laquelle cette satanée femme a traité mon staff, sans pitié !”, se serait énervé le duc de Cambridge, d’après des propos rapportés par Robert Lacey, expert en têtes couronnées, sur le Daily Mail. Dans ce dossier explosif, le personnel aurait également critiqué le prince Harry, soupçonné d’avoir crié au téléphone sur l’un ses collaborateurs.

Un récit “complètement faux”, selon Meghan Markle

Face à ces accusations, Meghan Markle a immédiatement nié les faits évoqués, en mars dernier, dénonçant une campagne de dénigrement. A l’époque, ces accusations intervenaient dans un contexte de haute tension entre les Sussex et le clan royal britannique : le prince Harry et son épouse s’apprêtaient à se livrer comme jamais dans une interview-confession face à Oprah Winfrey. Pour l’actrice, le palais de Buckingham aurait manipulé le Times, à l’origine des révélations, pour “colporter un récit complètement faux”. En réaction, l’entourage d’Elizabeth II avait répliqué aussi sec : le palais n’a pas organisé une quelconque campagne de désinformation, étant préoccupé par la santé du prince Philip, décédé quelques semaines plus tard.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : © Capture TV CBS via Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet