Meghan accusée d'avoir harcelé et "humilié" son personnel à Kensington Palace

Le journal «The Times» a révélé mardi qu’une plainte pour harcèlement moral avait été lancée en octobre 2018 à l’encontre de Meghan Markle par l’un de ses hauts conseillers.

A quelques jours de la diffusion de la grande interview de Meghan Markle et du prince Harry avec Oprah Winfrey, le journal «The Times» a lâché une bombe ce mardi 2 mars 2021, révélant qu’une plainte pour harcèlement moral avait été instiguée en octobre 2018 à l’encontre de la duchesse de Sussex par l’un de ses hauts conseillers à l’époque où elle vivait encore à Londres et faisait partie intégrante de la famille royale avec son époux.

Selon la publication, la plainte a été signalée par Jason Knauf, l’ancien secrétaire à la communication des Sussex. Dans celle-ci, il avait été rapporté que Meghan aurait «poussé vers la sortie deux assistants personnels de Kensington Palace et sapé la confiance d’un troisième membre du personnel». D’anciens employés évoquent des «humiliations» répétées. «Il s’agissait plus de cruauté émotionnelle et de manipulation, mais je suppose que c’est aussi de l’intimidation», a confié une source.

Le «Times» précise que Jason Knauf avait déposé plainte dans «le but de protéger» les membres du staff qui auraient été intimidés par la duchesse, parfois «réduits en larmes». Toujours selon le journal, le prince Harry aurait interféré pour que cette plainte soit passée sous silence.

“La duchesse est attristée par cette nouvelle attaque personnelle”

Les avocats des Sussex ont rapidement fait savoir que le couple démentait toutes ces allégations. «La duchesse est attristée par cette nouvelle attaque personnelle, en particulier car elle a elle-même été victime d’intimidation et est profondément engagée à soutenir ceux qui ont subi des souffrances et des traumatismes. Elle est déterminée à continuer son travail de promotion de la compassion dans le monde entier et continuera de s’efforcer de montrer l’exemple pour faire ce qui est juste et ce qui est bien», a déclaré un porte-parole selon «People».

«Il s’agit d’une campagne de dénigrement calculée basée sur une désinformation trompeuse et nuisible. Nous sommes déçus de voir un média donner de la crédibilité à cette représentation diffamatoire de la duchesse de Sussex. Ce n’est pas une coïncidence que ces accusations déformées et vieilles de plusieurs années, visant à saper la duchesse, soient transmises aux médias britanniques peu de temps avant qu’elle et le duc parlent ouvertement et honnêtement de leur expérience de ces dernières années», a répondu un représentant de Meghan et Harry au «Times».

A lire aussi : Meghan Markle obtient 520 000 euros pour ses frais de justice contre un tabloïd

Source: Lire L’Article Complet