Marine Le Pen : cette archive embarrassante face à Eric Zemmour

Menacée par l’irruption d’Eric Zemmour, Marine Le Pen pourrait-elle abandonner la course à l’Elysée ? Si elle refuse pour le moment de l’envisager, des internautes ont retrouvé une vidéo de 2018 dans laquelle la figure du RN assurait pouvoir se retirer au profit d’un candidat de son camp mieux placé. Une confidence faite devant… Eric Zemmour.

C’est toujours la (grosse) épine dans le pied de Marine Le Pen. Doublée par Eric Zemmour dans un récent sondage (17% contre 15%), la candidate du RN inquiète toujours plus ses soutiens. À tel point que certains commencent à envisager un terrible scénario : l’abandon de la course à l’Elysée pour limiter la casse. Une fin tragique pour le moment écartée par l’intéressée, même si des internautes se sont chargés de lui rappeler des propos tenus en mai 2018, comme l’a repéré Libération.

Invitée de Zemmour & Naulleau sur Paris Première, un an après son échec cuisant face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen est interrogée sur un scénario similaire à celui qu’elle vit actuellement. « Si à l’intérieur de votre parti, ou à l’extérieur, apparaissait quelqu’un dont vous pensez qu’il est à même d’accéder à la présidence de la République, (…) vous vous effaceriez à son profit ?« , lui demande Eric Naulleau, à une époque où l’on parle beaucoup de Marion Maréchal.

Réponse de Marine Le Pen, sans équivoque : « Mais tout de suite ! Immédiatement, assure-t-elle. Je le dis depuis des années. Je suis là et je me bats parce qu’aujourd’hui, je suis la mieux placée pour le faire. Si demain quelqu’un est mieux placé que moi, aucune difficulté !« , promet la fille de Jean-Marie Le Pen. Avant d’ajouter qu’elle n’a « pas d’ambition personnelle« . « Peut-être qu’un jour, d’ailleurs, vous serez amené à vous rendre compte que ce que je vous dis n’est que le reflet d’une conviction », conclut-elle, sous les yeux d’un Eric Zemmour encore simple éditorialiste.

Pour Marine Le Pen, Eric Zemmour « n’est pas mieux placé »

Marine Le Pen pense-t-elle la même chose aujourd’hui ? Malgré la concurrence de l’essayiste et les inquiétudes au sein de son parti, la candidate RN refuse de montrer autre chose que de la confiance. « Beaucoup de gens cherchaient (quelqu’un de mieux placé). Manifestement, ils n’ont pas trouvé. (…) Je suis la candidate soutenue par le RN, choisie par le RN. Je fais campagne, voilà », a-t-elle répété début octobre. Tout en balayant l’idée d’un retrait en faveur du polémiste « pas mieux placé » qu’elle, à l’heure actuelle.

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet