Marie Portolano : cette phobie qui lui a joué des tours au début de sa carrière

Marie Portolano se livre sur l’une de ses phobies dans un entretien accordé à L’Équipe. À cause de sa peur, la journaliste n’avait pas fait très bonne impression lors de ses premiers jours à Canal +.

Marie Portolano

L’affaire Pierre Ménès a fait couler l’encre de beaucoup de journaux. Le journaliste du Canal Football Club a été épinglé par le documentaire de Marie Portolano, Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste et a “été écarté jusqu’à nouvelle ordre” de Canal +. Depuis, la nouvelle animatrice du Meilleur pâtissier sur M6 a regretté les proportions prises par la polémique et “la chasse à l’homme” qui vise son ancien collègue. La jeune femme de 35 ans garde toutefois de bons souvenirs de ses débuts sur la chaîne cryptée. Cette dernière, dans un entretien accordé à nos confrères de L’Équipe, se souvient de ses premiers jours, en 2014. Sans le vouloir, Marie Portolano s’est affichée devant Stéphane Guy. “Lors de mes premiers jours à Canal+, je me suis retrouvée à côté de Stéphane Guy dans un avion”, explique-t-elle avant de donner des précisions sur cette étrange rencontre. “Je ne le connaissais pas, je me suis dit : ‘Marie, contrôle-toi’. Mais, cinq minutes après que l’avion a démarré, j’étais accrochée à son bras en criant :  ‘J’ai peur !’ Lui ne savait pas si je rigolais ou si j’étais vraiment paniquée”, se remémore-t-elle.

La phobie de Marie Portolano n’est pas récente

Heureusement pour Marie Portolano ses nouvelles fonctions chez M6 feront en sorte qu’elle ne fasse que du plateau. Une aubaine donc pour cette phobique de l’avion. “Je suis donc assez ravie de ne pas trop voyager…”, ajoute-t-elle, rassurée. Cette peur n’est pas chose nouvelle pour la journaliste. En 2017, dans un tweet, celle-ci avait déjà alerté sa communauté. “Aujourd’hui je prends l’avion donc je peux potentiellement mourir. Donc au cas où gros bisous et arrêtez de dire Noyeux Joel“, écrivait-elle. Et les réponses rassurantes de ses followers n’avaient pas beaucoup aidé : “T’es un ange, avec tes ailes t’as rien à craindre !”, “Tu as autant de chance de mourir dans un accident d’avion que de gagner au loto, alors détends-toi !”, “En sortant de chez toi aussi tu peux y laisser la vie. Donc Noyeux Joël au cas où”, pouvait-on lire.

Source: Lire L’Article Complet