Loisirs, vêtements, jeux: ces femmes luttent contre les stéréotypes de genre

Le combat contre les clichés liés au genre, engagé dès le plus jeune âge, peut faire évoluer les esprits. C’est en tout cas le pari de ces femmes qui ont conçu des produits dédiés aux filles comme aux garçons.

Restez informée

Un garçon doit être courageux, une fille doit se tenir correctement, ne pas faire de caprices… Sans forcément en avoir conscience, nous transmettons à nos enfants des stéréotypes liés à leur genre. A l’école aussi, les clichés filles-garçons sont présents dès la maternelle. Selon un rapport du Haut Conseil à l’Egalité*, les enseignants interagissent plus fréquemment avec les garçons (56 %) qu’avec les filles (44%). Et dans les manuels de CP, les femmes représentent 70% des personnages qui font la cuisine et le ménage, mais seulement 3% de ceux qui occupent un métier scientifique…Ces représentations vont ensuite façonner le comportement et les choix d’orientation des enfants, se désole le rapport: les garçons oseront plus, les filles, malgré leurs bons résultats scolaires, auront moins confiance en elles et s’interdiront certains métiers jugés plus masculins (informatique, scientifique, BTP…) “Pour changer durablement les mentalités, l’éducation à l’égalité doit débuter dès le plus jeune âge” exhorte le HCE. En famille aussi on peut changer les représentations dès le berceau grâce à des livres, des vêtements ou des jeux différents qui aident les enfants à grandir plus libres, loin des injonctions liées à leur genre. * « Formation à l’égalité filles-garçons : faire des personnels enseignants et d’éducation les moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité », 2017

“Des vêtements mixtes qui laissent le choix aux enfants”: Laura, 42 ans

Lorsque ma fille de 3 ans m’a demandé une robe avec des voitures de course, j’ai cherché partout, en vain. Les vêtements pour filles valorisent la douceur avec des coeurs, des fleurs, des papillons… alors qu’on associe aux garçons la force et l’agressivité avec des voitures et des dinosaures… En 2019, j’ai créé une marque* qui propose des vêtements mixtes bousculant les clichés: des robes dinosaures ou spationautes, des combis de pilote, des sweats « flight club » ou « je suis la princesse qui terrasse le dragon »… Nous voulons donner aux enfants la liberté de se construire sans se sentir enfermés dans des cases. Mon fils aime le rose et les fleurs, ma fille adore les voitures… Ils ont le droit d’aimer ce qu’ils veulent sans avoir à mentir sur leurs goûts ou leur personnalité. pourquoiprincesse.fr

“Un magazine féministe qui valorise les femmes”: Elisabeth, 53 ans

Dans les magazines pour petites filles, il y a beaucoup de rose, de mode, de beauté, d’animaux mignons… « Tchika »* est différent. C’est un trimestriel engagé et féministe pour les 7-12 ans. Une rubrique déconstruit les stéréotypes (« les garçons ne peuvent pas avoir les cheveux longs », « les filles sont nulles en maths »…), des articles portent sur le corps humain (les règles, les poils…), les femmes inspirantes, on propose aussi des reportages sur des initiatives anti-sexistes. Nos jeunes lectrices sont devenues journalistes: elles traquent les messages sexistes dans les boutiques et m’envoient des photos. Nous lançons ce mois-ci « Tchikita », magazine destiné aux 4-7 ans. On peut combattre les stéréotypes de genre dès le plus jeune âge! tckika.fr

“Les jeux permettent d’aborder le sujet”: Anne-Laure, 49 ans

Nos jeux mettent en avant l’égalité filles-garçons: un jeu de bataille féministe où roi et reine ont autant de valeur, un jeu de 7 familles avec des femmes inspirantes qui ont marqué l’histoire, un Mistigri pour imaginer les différents métiers de Barbie (docteure, footballeuse, chirurgienne, cheffe de chantier…)… Ce support permet d’amorcer facilement des discussions avec les enfants. Ainsi, en jouant avec ma fille de 9 ans au Mémo des métiers, elle m’a qu’elle voulait être vétérinaire ou maman… Lorsque je lui ai dit qu’elle pourrait faire les deux, elle n’en revenait pas! Traduits en six langues, nos jeux sont très demandés par les instituteurs, les infirmières scolaires et les psychologues. playtopla.com

“Des histoires contre les idées reçues pour les tous-petits”: Laurence, 61 ans

Les livres pour enfants ne sont pas neutres, ils véhiculent une certaine vision du monde, parfois assez sexiste. En 2005, j’ai créé la maison d’édition « Talents hauts »* pour bousculer les idées reçues et en particulier les stéréotypes filles-garçons. En mai dernier, nous avons lancé une collection de livres en carton qui s’adresse aux 0-3 ans. Parmi eux, « Mon bébé », où un petit garçon joue au papa avec sa poupée, « Rock’n roll » où des petites filles forment un groupe de rock échevelé… On pense souvent que ces questions sont trop abstraites ou complexes pour les tout-petits mais les stéréotypes impriment le cerveau dès le plus jeune âge, lorsqu’il est le plus perméable, surtout lorsqu’ils sont transmis par des livres lus par les parents ou les enseignants…talentshauts.fr

A lire aussi: Harcèlement, stéréotypes, inégalités…Ces bonnes idées pour en finir avec le sexisme

Source: Lire L’Article Complet