Line Papin engagée contre les troubles alimentaires : un combat qui lui tient à coeur

Touchée par l’anorexie à l’adolescence, Line Papin a décidé de prendre la parole à l’occasion de la journée mondiale des Troubles des Conduites Alimentaires, organisée ce 2 juin.

A propos de


  1. Line Papin


  2. Marc Lavoine

Ce sont des maux qui touchent 900 000 personnes en France. A l’occasion de la journée mondiale des Troubles des Conduites Alimentaires ce 2 juin, Line Papin a décidé de prendre la parole. Nommée ambassadrice de la journée, l’écrivaine et épouse de Marc Lavoine en a dit plus sur ces maladies méconnues. Elle qui a souffert d’anorexie pendant son adolescence. “Ce sont des maladies ancestrales qui méritent d’être reconnues, afin d’être mieux soignées”, a-t-elle fait savoir dans un communiqué, diffusé sur son Instagram. Le tabou, la honte, les présupposés, la raillerie qui les entourent empêchent parfois une prise en charge sérieuse.”

Mobilisée sur le sujet, elle milite pour une meilleure reconnaissance des patients atteints de ces troubles. “J’espère que cette journée apportera un éclairage, une écoute et qu’elle mènera, dans la solidarité, ceux qui en ont besoin, vers la guérison”, enjoint-elle. L’auteure, qui a sorti son quatrième roman en mars dernier, a souvent couché sur papier son mal-être. Née au Vietnam en 1995, elle a dû quitter ce pays chéri à l’âge de 10 ans pour venir en France. Un déracinement qui l’a profondément marquée et l’a plongée dans l’anorexie mentale.

https://www.instagram.com/p/CPnHUjJr0w1/

A post shared by Line Papin (@linepapin.officiel)

“La petite fille que j’étais (…) ne se nourrissait plus”

La petite fille que j’étais s’est laissée mourir, ne se nourrissait plus, a confié Line Papin dans nos colonnes, en février 2020. “Quand je suis arrivée en France, j’ai laissé une grande partie de moi au Vietnam et cette fracture-là m’a fait grandir très vite. Je suis devenue quelqu’un d’autre en arrivant à Paris. J’ai perdu mon insouciance, mes amis, ma nourrice, ma langue maternelle, ma grand-mère. J’étais isolée et je me suis mise à beaucoup lire.” Un mal-être qu’elle a réussi à combattre grâce à la littérature. Et dont elle a décidé de parler de vive voix ce 2 juin.

Crédits photos : Jack Tribeca / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet