L'hôpital oublie de lui annoncer la mort de son père : il apprend la nouvelle en lui rendant visite

Un homme a appris la mort de son père de 97 ans en voulant lui rendre visite à l’hôpital de Reims. En réalité, son père était décédé la veille sans qu’aucun membre de la famille n’en ait été averti.

Restez informée

Une terrible nouvelle à l’approche de Noël. C’est un véritable coup de massue qu’un habitant de Reims a reçu lorsqu’il est allé rendre visite à son père à l’hôpital. Comme le relate L’Union de Reims, dans son édition en kiosque du 22 décembre 2021, Michel Verbaeys a eu la très mauvaise surprise d’apprendre que Georges, son père de 97 ans, hospitalisé depuis le mois de novembre, à la suite d’une longue maladie, était décédé. Mais là où le bât blesse c’est que le décès s’est produit la veille sans qu’aucun membre de sa famille n’ait été tenu informé. Le choc est d’autant plus grand que Michel Verbayes se rendait à l’hôpital pour voir son père comme il avait l’habitude de le faire.

La famille Verbaeys attend des explications de l’hôpital

Le dimanche 28 novembre 2021, en allant dans sa chambre, il s’aperçoit qu’une autre personne occupe le lit. Il tente alors de se renseigner. « Lorsque je suis arrivé, son voisin de chambre m’a fait savoir qu’il avait été transféré. J’ai cherché une infirmière. J’ai trouvé ma réponse en salle de repos où l’infirmier que j’avais vu deux jours avant est venu vers moi en constatant que je n’avais pas été prévenu« , a raconté le Rémois à nos confrères de L’Union. Et la réponse est stupéfiante. Son père est en réalité mort, dans la nuit du 26 au 27 novembre 2021, seul dans sa chambre d’hôpital. « Il est décédé dans la nuit, vers deux heures du matin. Personne n’a prévenu la personne de confiance, ni que l’état de notre père s’aggravait, afin que nous puissions l’accompagner au moment de sa mort, ni, ce qui est pire, de sa mort. Et cela pendant 36 heures… » a confié son fils, en colère au vu de la situation.

En plus du choc de la nouvelle, la famille Verbaeys a dû être confrontée à toutes les démarches pour organiser très rapidement les obsèques. Les pompes funèbres n’ont légalement que 48 heures pour déplacer le corps. Michel, Jean-Claude et Josette, les enfants de Georges, attendent des explication de l’hôpital pour comprendre ce qui s’est passé. Contacté par L’Union, l’établissement hospitalier évoque « une incompréhension » au moment du changement d’équipe qui « a entraîné un retard dans l’organisation de l’annonce du décès du patient à sa famille« . L’hôpital a présenté ses excuses à la famille Verbaeys et la recevra après enquête. Comprendre pour que cela ne se reproduise plus.

Source: Lire L’Article Complet