"Les moments difficiles" vécus par ce célèbre animateur : "Je ne gagnais plus d’argent : je ne pouvais plus payer mon loyer, ni ma bouffe" !

L’animateur est revenu sur une période difficile de sa carrière.

Depuis près de 30 ans, Olivier Minne est un personnage connu du milieu télévisuel francophone. Mais le chemin le menant jusqu’à l’animation de Fort Boyard (depuis 2003) ou encore de Tout le monde a son mot à dire n’a pas été aussi simple.

“La télévision a été gentille avec moi, cruelle parfois, quelquefois même très violente. Ce n’est pas que je m’en méfie, car je ne me méfie pas de la télévision en soi, mais je me suis toujours méfié de la lumière. Avant même d’y entrer, j’ai toujours pensé que la lumière était dangereuse, et je suis content d’avoir gardé ça”, a-t-il expliqué dans un premier temps dans  Il n’y a pas qu’une vie dans la vie sur Europe 1. “Il y a eu des moments où on me l’a retirée. Et fort heureusement, parce que j’avais toujours gardé à l’esprit qu’elle pouvait amener du malheur, je n’ai pas sombré”, a-t-il poursuivi face à Isabelle Morizet. “J’ai eu des moments difficiles, parce que je ne gagnais plus d’argent : je ne pouvais plus payer mon loyer, ni ma bouffe. Je voyais des gens, autour de moi, que je pensais être des amis, qui me tournaient le dos”.

 C’est une animatrice particulièrement amusée qui l’a ainsi interrogé sur l’un des emplois inattendus qu’il a exercé afin de payer son loyer : chef barman chez Maxim’s ! Un poste pour lequel il n’avait jamais été formé et qu’il occupera seulement un petit mois, les clients ayant rapidement flairé l’entourloupe :

Olivier Minne a fait part d’une anecdote sur un métier qu’il a effectué il y a bien longtemps et pour lequel il n’avait aucune formation. “Les clients, eux, se sont rendus compte très vite que de chef barman (chez Maxim’s) il n’y en avait pas derrière le bar ! Je préparais donc les recettes l’après-midi pour m’entraîner, je goûtais moi-même mes cocktails ce qui fait que, commençant à 11 heures du matin, à 16 heures je n’étais plus très frais ! Et donc non content de faire mal mes cocktails, je les renversais en plus sur les clients !”

 

À voir également : Jeremstar a quitté Fort Boyard en catastrophe : il va porter plainte

La Rédaction

Source: Lire L’Article Complet