“Le retour des petits marquis” : cette hypothèse qui inquiète un ami d’Emmanuel Macron

À l’approche de l’élection présidentielle, l’entourage du président de la République est préoccupé. Il s’inquiète de voir revenir « les petits marquis » qui ont permis à Emmanuel Macron d’entrer à l’Élysée.

En 2017, Emmanuel Macron a mis à mal les partis politiques traditionnels en remportant la présidentielle avec En Marche. Une victoire qu’il doit à sa jeune garde rapprochée. Mais voilà, à l’approche d’avril 2022, certains membres de l’entourage du chef de l’État sont inquiets. « Le risque pour Emmanuel Macron, c’est lui-même et surtout le retour des petits marquis qui ont fait 2017« , s’alarme un ami du Président dans les colonnes du Point ce jeudi 6 janvier. Mais pourquoi une telle défiance ?

Certains briscards gardent un mauvais souvenir du début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Le Président l’avait lui-même annoncé à l’époque dans un entretien à Challenges : il sera un chef de l’État « jupitérien », rompant ainsi avec la présidence « normale » de François Hollande. Une image qui l’éloigne des Français. Cette idée, signée Ismaël Emelien, conseiller du chef de l’État, n’a pas fait l’unanimité. Du côté de la Première dame, les membres de son équipe « ne reconnaissent plus Emmanuel ». Pire, Brigitte Macron est mise à l’écart. « Les ‘Mormons’ voulaient une relation exclusive avec le président, que tout passe par eux. Ils ont contribué à façonner l’image d’un chef de l’État sans attaches, déconnecté, alors que sa famille est très présente », regrette un proche dans Le Point.

⋙ PHOTOS – Emmanuel Macron a 44 ans : retour sur ses looks les plus étonnants

« Ils l’ont poussé à faire des conneries »

De sa boîte à idées, dont certaines sont qualifiées de « létales », Ismaël Emelien a également sorti « le pognon de dingue » au sujet des aides sociales. Une formule de 2018 qui trois ans plus tard, coûte toujours très cher à l’image du chef de l’État. « Ils l’ont poussé à faire des conneries (…) Ils n’entendent pas les choses telles que les Français peuvent l’entendre. Pour eux, c’était un super coup », assure encore dépité un conseiller. S’ensuivent l’affaire Benalla puis la crise des Gilets jaunes qui catégorisent définitivement les « Mormons » comme des technocrates hors-sol. En 2019, Ismaël Emelien démissionne de son poste de conseiller. S’il veut être réélu en avril prochain, Emmanuel Macron avoir besoin d’un nouveau scénario de campagne. « Aucun des ‘Mormons’ ne manquera, mais tous auront un rôle différent. 2022 ne peut pas être un pont d’Arcole de 2017″, insiste un proche du Président auprès de nos confrères. Reste à écrire cette nouvelle histoire…

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet