Le prince Andrew acculé : Charles et William enfoncent le clou…

Furieux, les princes Charles et William ont exigé de la reine qu’elle retire les titres royaux et militaires au prince Andrew. Sous le feu des projecteurs pour une sombre affaire d’agressions sexuelles sur mineur liée à Jeffrey Epstein, le duc de York entache l’image de la famille royale et doit désormais en payer les conséquences.

Le duc de York n’est plus. À 61 ans, le prince Andrew a été déchu de ses titres militaires et parrainages royaux, au lendemain du refus du tribunal de New York de classer la plainte, déposée à son encontre pour agressions sexuelles sur mineur. Une décision prise par la reine avec l’appui des princes Charles et William, jeudi 13 janvier. Ces derniers « complètement furieux« , que celui que l’on surnomme « le fils préféré de la reine » ait franchi « la ligne rouge », comme le révèle The Sun, ont sommé Elizabeth II de l’éloigner de la famille royale.

Alors au terme d’une longue et intense réunion entre la reine et ses successeurs, au cours de laquelle le prince William a affirmé à plusieurs reprises que la position d’Andrew était « grave », Elizabeth II a disgracié le duc, désormais simple citoyen. Ce fut l’une des décisions les plus difficiles « à prendre en 70 ans de règne » pour la reine. « Je crois que c’est la fin d’Andrew. Je ne crois pas qu’il y ait de retour possible. Il était clair que la reine attendait la décision du juge. C’est la bonne décision et elle est inévitable. Cela a dû être difficile pour la reine. Elle est une mère, mais aussi, un chef d’État« , a confié l’ex-secrétaire de presse de la reine, Dickie Arbiter, dans la foulée.

⋙ Découvrez le prince Andrew en plein tumulte, il s’offre une parenthèse au vert.

Le prince Andrew dans le viseur des anciens combattants

Les princes Charles et William ne sont pas les seuls à avoir mis la pression à Elizabeth II au sujet du prince Andrews. Plus tôt dans la matinée du 13 janvier, « 152 anciens combattants » ont transmis une lettre ouverte à la reine lui demandant de retirer « tous les grades et titres militaires » au duc de York. « S’il s’agissait d’un autre officier militaire de haut rang, il est inconcevable qu’il soit encore en poste », ont écrit les signataires qui l’accusent d’avoir manqué aux obligations de « probité, honnêteté et de comportement honorable«  des militaires.

Que reste-t-il au prince Andrew ?

Aujourd’hui, le prince Andrew est donc déchu de ses douze titres militaires, mis en suspens après qu’il a quitté ses fonctions en novembre 2019. « Andrew perd ses fonctions honorifiques de colonel des Grenadier Guards et de commodore de l’air de la RAF avec effet immédiat », écrit The Sun avant d’ajouter : « Il n’aura plus le droit de porter leurs uniformes lors des commémorations au Cenotaph et lors du prochain service de remerciement pour son défunt père, le Prince Philip. » Il est également privé des dizaines de parrainages royaux « pour des clubs de golf, des universités, des yacht-clubs, des associations sportives, des institutions médicales, des organisations caritatives et des établissements artistiques ». Alors que lui reste-t-il ?

Pilote d’hélicoptère de la marine pendant la guerre des Malouines, le prince Andrew sera toujours autorisé à porter ses médailles et conserve son « grade de vice-amiral de la marine » qui lui a été décerné en 2015. Aussi, en tant que descendant direct de la reine, il reste conseiller d’État et pourra la remplacer si elle n’est plus en mesure d’exercer ses fonctions.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet