Le festival Circulation(s), l'expo Enki Bilal, le Voyage à Nantes… Nos 5 incontournables culturels

Festivals, expositions, concerts… Tous les quinze jours, Madame Figaro propose sa sélection culturelle. Voici les cinq événements à ne pas rater.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Linkedin
  • Whatsapp

Enki Bilal, au cœur de l’humain

«Exposer ses œuvres, c’est exhiber un peu de sa mémoire cachée», dit Enki Bilal né à Belgrade en ex-Yougoslavie, arrivé à Paris à l’âge de dix ans et auteur de nombreux albums de bande dessinée (depuis sa première publication au milieu des années 1970) dont le dessin figuratif précis et le procédé de la grisaille retiennent immédiatement l’attention. L’univers de l’artiste qui embrasse la BD, la peinture, le cinéma, à la fois réaliste et fantastique, terrible et violent, est profondément marqué par l’Histoire. Cet été, le Fonds Hélène & Edouard Leclerc, installé dans l’ancien couvent des Capucins de Landernau, propose la découverte de cette œuvre dont le sujet traite de l’humain, dans ses sentiments (la mélancolie, l’inquiétude, la tendresse…) et dans son cadre (la ville, l’architecture…). Le parcours de l’exposition suit les thèmes de prédilection d’Enki Bilal : la violence, la géopolitique, la métamorphose, l’intimité… S’y ajoutent la projection d’extraits de films de Fritz Lang, de Ridley Scott, de David Cronenberg, et de l’auteur lui-même. Toute une épopée.

Enki Bilal, au FHEL, 18 juillet – 4 janvier 2020

Nantes : voyage, voyage…

Pas encore mon histoire – courtesy Vincent Olinet et Galerie Laurent Godin. (2008.)

Le voyage à Nantes ? une traversée de la ville par l’art. «Le tourisme de masse peut tuer la personnalité d’une ville. C’est le cas à Barcelone, Venise ou Prague. Ce n’est évidemment pas le cas à Nantes où l’offre touristique que nous proposons n’est pas seulement patrimoniale» explique Jean Blaise, directeur de cette manifestation artistique qui fait dialoguer chaque été, monuments, œuvres pérennes ou éphémères. Le parcours multiplie les étapes et offre des points de vue inédits sur la ville et l’estuaire. Cette année, on rêvera avec l’installation onirique de Stéphane Thidet qui imagine Rideau, une immense chute d’eau recouvrant la façade du Théâtre Graslin. On sourira du pied de nez à Marcel Duchamp avec La Fontaine de Elsa Sahal, colossale sculpture de trois mètres trônant dans les bassins de la Place Royale. On s’imaginera dans un conte de fée avec le lit à baldaquin Pas encore mon histoire de Vincent Olinet flottant sur les eaux de l’Erdre. On s’émerveillera du sapin géant d’Evor qui culminera sur le boulevard de la Prairie au Duc. On regardera le film-songe, odyssée poétique sur la ville Nantes, ici Nantes du duo Mrzyk et Moriceau. Une œuvre qui sera installée dans la future gare signée de l’architecte Rudy Ruciotti. Le voyage continue…

Le voyage à Nantes, du 8 août au 27 septembre 2020

Chaumont-sur-Loire, promenade arty

Une installation du Festival International des Jardins, à Chaumont-sur-Loire

On rêverait d’accoster au château en gabarre, cette barque plate qui navigue sur la Loire. Le domaine de Chaumont-sur-Loire est un pur enchantement. Chaque année, la Saison d’art offre un parcours renouvelé dans le château et le parc de trente-deux hectares. Pour l’édition 2020, une quinzaine de nouveaux artistes apportent grâce, subtilité et fragilité à cette utopie verte. L’installation de Joël Andrianomearisoa suscite une méditation sur le jour et la nuit, les sculptures de Guiseppe Penone font respirer l’ombre, les toiles de Philippe Cognée évoquent le mystère des forêts et ainsi de suite avec les herbiers fantastiques de Marinette Cueco, les plumes oriniques de Isa Barbier et les cristaux délicats de Léa Barbazanges. Le Festival des Jardins, qui existe depuis 1992, complète ce rêve. Cette année, pour sa 29 ème édition, il a pour titre Jardin de la terre, Retour à la terre mère . Un thème qui résonne fortement avec l’actualité. Une trentaine de parrains, philosophes, écrivains, jardiniers… dont Charles Berling, Françoise Nyssen, Edgar Morin, Coline Serreau, Gilles Clément appellent à protéger la fragile beauté de monde. Écoutons-les !

Le Domaine de Chaumont-sur-Loire, Saison d’art et Festival International des Jardins, jusqu’au 1er novembre 2020.

Belle-île-en-mer : vivre de musique!

Le Requiem de Mozart dirigé par Philip Walsh en l’église du Palais, à Belle-île-en-mer. (Le Palais, 2018.)

Saluons le Festival International de Belle-Île, Lyrique en mer, qui maintient une saison de concerts d’été en cette période de fragilité des arts. En avant-première, deux soirées sont dédiées au compositeur de chansons Reynaldo Hahn, un coutumier de l’île, souvent invité par Sarah Bernhardt dans son Fort des Poulains. Suivront des concerts de musique baroque en église avec des œuvres de Bach, Haendel et Pergolèse, des galas d’opéra à la Citadelle Vauban, des airs de musique de chambre intimistes dans l’esprit des soirées musicales privées appelées «Schubertiades»… L’idée étant «de rendre la musique plus intense, plus belle, plus fervente que jamais» comme le disait Léonard Bernstein.

Lyrique en mer, concerts d’été du 3 au 13 août 2020

Circulation(s), un tremplin pour les photographes

Here, Waiting, de Prignot & Alvarez, au festival Circulation(s), à Paris.

Circulation(s) est le festival de la photographie émergente en Europe. Au Centquatre-Paris, et dans d’autres lieux hors les murs en France et à l’étranger, il met en lumière chaque année la vitalité de la création contemporaine et défend la pluralité des écritures photographiques à travers des expositions. Révélateur de tendances, laboratoire prospectif depuis sa création en 2011, Circulation(s) a exposé plus de 400 artistes et rassemblé plus de 300 000 visiteurs. Pour sa 11ème édition (du 6 mars au 2 mai 2021 au Centquatre) le festival fait un appel à candidatures (deadline le 13 septembre à minuit). Peuvent participer les jeunes photographes européens ou résidant en Europe. Un jury sélectionnera une vingtaine d’artistes, panorama de la nouvelle génération de photographes, qui seront exposés au sein de Circulation(s). A vos appareils photos.

festival-circulations.com au Centquatre-Paris, jusqu’au 09 août, puis du 25 au 30 août.

Source: Lire L’Article Complet