Laurent Wauquiez renonce à la présidentielle : « Ce n’est pas une décision facile »

Laurent Wauquiez a annoncé ce jeudi 26 août renoncer à se présenter à l’élection présidentielle, en choisissant de privilégier le rassemblement du parti à sa division entre de trop nombreuses candidatures.

Elle était mûrement réfléchie, difficile, mais nécessaire. Laurent Wauquiez a rendu publique sa décision de ne pas se présenter à l’élection présidentielle de 2022, ce jeudi 26 août, via une publication sur son compte Facebook. “Ce n’est pas une décision facile et je suis conscient de mes responsabilités“, affirme le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il l’écrit en toutes lettres : “Je ne suis pas candidat à la prochaine élection présidentielle.” Depuis quelques jours, les bruits couraient sur une annonce de sa décision plus tard dans la semaine, ce dimanche 29 août, après son ascension annuelle du Mont Mézenc, qui marque traditionnellement sa rentrée politique.

Aurait-il avancé sa décision, devant la multiplication des candidatures à droite, qui donne un visage fragmenté et divisé de sa famille politique ? La dernière en date, celle d’Éric Ciotti, annoncée ce mercredi 25 août, pourrait avoir été décisive dans son calendrier. Car, s’il a beaucoup hésité et “mûri” sa décision, il y a une chose sur laquelle Laurent Wauquiez n’a pas bougé d’un pouce depuis le début de l’été : sa volonté de rassembler. “Ce choix, je le fais aussi parce que je ne veux pas ajouter de la division à la division. Les candidatures à la présidentielle à droite sont en train de se multiplier de façon inquiétante, et certains candidats expliquent même qu’ils se présenteront quoi qu’il arrive, sans accepter de règle commune.“, poursuit-il, visant sans fard Xavier Bertrand, son meilleur ennemi. Pour éviter “des guerres fratricides qui mèneront inévitablement à la défaite“, il préfère ainsi se retirer, et privilégier “le sens du collectif” à l’ajout “d’une candidature de plus“. C’est d’ailleurs sur cet angle qu’il avait attaqué la candidature de Valérie Pécresse, qu’il avait jugée prématurée.

“Ce moment pour moi n’est pas venu”

Je ne suis pas candidat à la prochaine élection présidentielle. Cette décision, j’ai souhaité me donner le temps de la…

Car pour l’Auvergnat, la candidature n’est pas une mince affaire, bien au contraire : “c’est assumer une grande responsabilité devant les Français. Il faut avoir la lucidité de reconnaître qu’aujourd’hui aucun candidat ne s’impose à droite” Selon Laurent Wauquiez, il ne faut pas simplement avoir “envie” d’être candidat, mais aussi se sentir “au plus profond de soi (…) en situation, à la fois, de rassembler son camp et de réunir les Français.” “Je considère que pour moi ce moment n’est pas venu.“, résume-t-il sobrement.

Après avoir remercié “tous ceux qui m’ont manifesté leur soutien et leurs encouragements, amis, élus, militants et Français de tous horizons“, l’ancien maire du Puy-en-Velay précise que ce renoncement ne signifie pas pour autant sa retraite de la vie politique nationale. “Ne pas être aujourd’hui candidat ne signifie pas que je me tiendrai éloigné de ces débats pour notre pays. La liberté que je prends aujourd’hui, je la mettrai au service de ce que je crois utile pour mon pays : d’abord, œuvrer pour l’unité d’une candidature à droite ; ensuite, veiller à ce que la droite assume clairement et fortement ses convictions.” Pas question pour Laurent Wauquiez de ne pas continuer à faire porter sa voix, et à tenter de peser sur l’avenir du pays, et de son parti. Mais comme conseiller, influent, plutôt que comme candidat. Une manière de se ménager, et de se placer en position de choix pour l’élection de 2027 ?

Crédits photos : Sandrine Thesillat / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet