Koh-Lanta : un ancien candidat condamné par la justice à cause de la production du jeu !

Un ancien candidat de "Koh-Lanta" s’est attiré les foudres de la production en spoilant la nouvelle saison ! ALP Productions n’a eu d’autre choix que d’employer les grands moyens en le traînant en justice…

« Koh-Lanta », c’est reparti sur TF1 depuis le 24 août dernier ! Pour une saison très spéciale. Une édition all stars durant laquelle des aventuriers emblématiques s’affrontent. Ainsi, Claude Dartois, Cindy Poumeyrol, Clémence Castel, Teheiura ou encore Laurent Maistret ont fait leur grand retour dans le jeu d’aventure. À chacune diffusion d’un nouvel épisode, c’est l’effervescence sur les réseaux sociaux ! Le hic, c’est que la production s’est aperçue que des petits malins s’amusaient à spoiler le contenu de « Koh-Lanta, la légende ». Pour contrer ces internautes, ALP Productions a mis le paquet.

Selon « Le Parisien », le tribunal judiciaire de Paris vient de rendre une « ordonnance interdisant toute publication qui divulguerait des éléments des épisodes à venir » de « Koh-Lanta : la légende ». La production a également obtenu la levée de l’anonymat de plusieurs comptes Twitter et Instagram qui dévoilaient ouvertement des éléments clés du programme. « Depuis le début de la diffusion, des informations de nature diverse circulent sur les plateformes de discussion et sur les réseaux sociaux, fait savoir ALP Productions dans un communiqué publié ce mercredi 22 septembre 2021. Ces publications engendrent des injures auprès des aventuriers de la saison et ont pour seul objectif de détruire l’intérêt des téléspectateurs pour cette nouvelle édition« .

Sans indiquer son nom, la société de production de « Koh-Lanta » dévoile qu’un ancien candidat a été condamné par la justice pour avoir spoilé le contenu de « Koh-Lanta » mais aussi pour des faits d’injures et de diffamations. Désormais, toute personne qui s’amuserait à spoiler le programme présenté par Denis Brogniart risque 1.000 euros d’amende. « Les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non-droit. C’est à la justice d’encadrer les abus de la société numérique », détaille un proche du dossier au « Parisien ». On peut penser parfois que les rumeurs contribuent à l’intérêt du téléspectateur mais, ici, c’est l’inverse. Le secret fait la singularité du programme et le juge a pris en compte les importantes mesures et les investissements significatifs mis en œuvre pour le conserver ».

La rédaction

À voir également : Grosse embrouille sur les réseaux sociaux entre deux candidats emblématiques de « Koh-Lanta »

Source: Lire L’Article Complet