Kate Middleton : cette cicatrice qui continue d’intriguer

Depuis sa première apparition publique, les curieux se demandent d’où vient la cicatrice, nichée sur la tempe de Kate Middleton. Un mystère qui fascine les foules, sur lequel un porte-parole de Kensington Palace a levé le voile en 2011 sur E ! News. Dix ans plus tard, le magazine Hello a fait le point sur cette affaire de cicatrice.

Sur la tempe gauche de Kate Middleton, une cicatrice peu flagrante, se dévoile, lors de sa première apparition publique, il y a plus d’une décennie. Depuis les rumeurs ne cessent de s’enrichir. Si certains pensaient qu’elle était due à des extensions de cheveux, d’autres ont mis en cause son passé de joueuse de hockey. Des spéculations auxquelles, l’un des porte-parole de Kensington Palace à mis un terme en 2011 sur E ! News.

« La cicatrice est liée à une opération de l’enfance« , a affirmé l’homme au service de la monarchie sans donner davantage de détails. Si l’explication reste vague, le Palais n’a jamais évoqué de soucis de santé concernant la duchesse de Cambridge, apparaissant toujours resplendissante face aux photographes et caméras du monde. Toutefois, devant si peu d’explication, il est difficile de ne pas se poser de questions.

Des rumeurs fondées ?

Si la rumeur sur les extensions de cheveux est peu probable, au vue de sa sublime chevelure, son passé de joueuse de hockey est plus envisageable. Pourtant, le magazine Hello met en lumière des arguments fort valables pour révoquer cette raison. Kate Middleton n’a jamais caché son amour du hockey, certes. Lors de ses années de primaire et de collège, la femme du prince William faisait partie de l’équipe de hockey de son école. Mais, elle est ensuite allée à l’université St Andrew’s en Écosse pour étudier l’histoire de l’art, et a alors rencontré le prince William, qu’elle a ensuite épousé. Alors depuis Kate Middleton, qui porte le titre de duchesse de Cambridge et à trois enfants, ne se risque plus à des activités périlleuses.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet