Julia Minkowski, épouse de Benjamin Griveaux, brise le silence sur l’affaire des vidéos intimes : « Ça n’a rien remis en question »

Dans un long entretien accordé à Paris Match, paru en kiosque ce jeudi 24 décembre, Julia Minkowski est revenue sur l’affaire de la sextape de son mari Benjamin Griveaux, ancien candidat à la mairie de Paris.

A propos de

  1. Benjamin Griveaux

  2. Julia Minkowski

Pour la première fois, Julia Minkowski s’asseyait de l’autre côté de la barrière. À la place des victimes, aux côtés de son époux Benjamin Griveaux. Jamais elle ne pourra oublier l’humiliation de l’odieuse violation de la vie privée en février dernier de son compagnon, auteur de vidéos intimes diffusées via le site de Piotr Pavlenski. Mais l’avocate, associée en droit pénal, s’efforce de garder la tête haute. Pour lui, d’abord. Mais aussi pour son couple. “Jamais je ne me laisserai terroriser par un tel acte. Ça n’a rien remis en question”, a-t-elle confié à nos confrères de Paris Match, paru en kiosque ce jeudi 24 décembre.

Ces dix derniers mois, qui ont succédé au scandale, Julia Minkowski a été “un vrai roc” pour Benjamin Griveaux, comme l’a affirmé une source au Figaro, ce lundi 21 décembre. Son mental d’acier l’a aidée à réparer les pots cassés. Jamais l’avocate de Nicolas Sarkozy ne l’aurait laissé affronter ce cataclysme. Une force de caractère qui laisse son entourage sans voix. Auprès de Paris Match, Malka, proche du couple, n’en revient toujours pas. “Julia avait une force que je ne soupçonnais pas”, a-t-elle d’abord révélé. Avant de se comparer à son amie : “J’aurais été incapable d’avoir tant de sagesse, de calme, de dignité.”

Plus forte que jamais

Brisée, mais indéfectible, Julia Minkowski ne s’est pas apitoyée sur son sort. La divulgation de ces vidéos privées a brisé la carrière de son mari. Pas la sienne. La petite-fille du pédiatre Alexandre Minkowski s’est davantage concentrée sur son métier. En plus de gérer une quarantaine de dossiers en même temps, l’avocate a également avancé sur l’écriture de son ouvrage, intitulé L’avocat est une femme, dont la sortie est prévue le 6 janvier prochain aux éditions JC Lattès. Un récit qui donne la parole à des avocates spécialisées dans les affaires pénales, comme elle. “Certains ne nous considèrent pas assez fortes, psychologiquement, pour défendre des meurtriers et des violeurs”, a assuré l’auteure à Paris Match. Avant de balayer ces préjugés sexistes : “C’est évidemment faux.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet