Josiane Balasko : ce qui l’agace au lit avec son mari George Aguilar

Josiane Balasko aime son mari, mais ne supporte pas l’une de ses habitudes dans la chambre à coucher : oublier d’éteindre son téléphone portable… George Aguilar, son époux américain, a ainsi tendance à recevoir des appels en plein milieu de la nuit.

Les réveils intempestifs, très peu pour Josiane Balasko. Dans une interview pour le magazine Pep’s, sorti le 5 août, l’actrice se livre sur les petites choses qui lui rendent la vie plus douce… ou qui l’énervent simplement. Et notamment quand la journée est terminée, et que l’actrice peut profiter du confort du repos, avec son mari, l’acteur George Aguilar. Un repos que Josiane Balasko préfère tranquille et imperturbable, mais qui semble régulièrement empêché… par le portable de son époux. Quand il a fallu choisir pour le magazine ce qui la mettait “de mauvaise humeur“, elle n’a pas hésité à désigner ces sonneries pas les bienvenues dans la chambre à coucher. “Lorsque le portable sonne quand on dort. Mon mari est Américain, et parfois sa famille et ses amis oublient le décalage.

Entre bips et gazouillis, Josiane Balasko a choisi

Car en vertu des fuseaux horaires, quand la journée s’achève à Paris, celle des Américains ne fait que commencer, la France étant en avance de sept heures sur la côte Est des États-Unis. Un coup de fil amical en fin d’après-midi chez un Texan sonnera en pleine nuit chez un Parisien, ce qui n’est évidemment pas au goût de tout le monde. Mais Josiane Balasko tempère toutefois sa réponse : “Cela ne me met pas dans une humeur de chien, mais je n’apprécie pas trop.”

Car si elle a été réveillée dans la nuit par des bips disgracieux des GSM, l’ancienne membre du Splendid peut compter les gazouillements des oiseaux pour adoucir son humeur : “J’ai la chance d’avoir une petite terrasse, où j’ai mis des graines pour les oiseaux, car j’habite près d’une impasse où il y a des arbres. Tous les matins, je les entends chanter, ça me met de bonne humeur.” Un certain “optimisme“, qu’elle pourrait qualifier comme “le moteur de sa vie“, qu’elle aime remplie de projets. C’est d’ailleurs en travaillant qu’elle a rencontré George Aguilar : en 1999, au Venezuela, sur le tournage du film “Le Fils du Français”. Ils se marient en 2003 au Texas, et depuis, collaborent régulièrement sur les nombreux projets de Josiane Balasko, et notamment dans sa dernière pièce, Un chalet à Gstaad.

Crédits photos : JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet