Jodie Foster, la talentueuse

Deux fois oscarisée et lauréate de plusieurs Golden Globes, Jodie Foster marque le cinéma depuis les années 70 avec des rôles subtiles et iconiques pour plusieurs générations. Egalement pionnière en se lançant rapidement dans la réalisation, elle sera à l’honneur du 74e Festival de Cannes, en juillet prochain. 

Dimanche 13 juin, Arte consacre une soirée à Jodie Foster avec le film Sommersby (1994), suivi du documentaire Jodie Foster, Hollywood dans la peau, de Camille Juza et Yal Sadat, avec la voix de Mathieu Kassovitz, déjà disponible sur Arte.tv.

Une actrice qui a grandi sur nos écrans

Jodie Foster a grandi sur nos écrans. Née le 19 novembre 1962 à Los Angeles, à deux ans seulement, elle commence à tourner dans des spots publicitaires, puis dans des séries télévisées, et enfin, quelques années plus tard, sur grand écran.

À dix ans, elle apparaît dans le film Napoleon et Samantha, aux côtés de Michael Douglas. Les seconds rôles s’enchaînent rapidement. Elle s’offre son premier grand rôle en 1974, à douze ans, pour La Petite Fille au bout du chemin, où elle partage l’affiche avec Martin Sheen.

La même année, sa rencontre avec Martin Scorsese opère un tournant pour l’adolescente. Le réalisateur la remarque et la choisit pour interpréter le rôle d’Audrey dans le film Alice n’est plus ici. Impressionné par son talent, deux ans plus tard, il lui offre celui d’Iris Steensma, une jeune prostituée de 13 ans, dans le cultissime Taxi Driver avec Robert de Niro. Elle est nommée pour la première fois aux Oscars. 

“Je voulais être comme tout le monde. Je crois qu’étant donné mon parcours, je voulais entrer dans le moule et être acceptée par mes pairs”, confie-t-elle dans une archive télévisée, montrée dans le documentaire Jodie Foster, Hollywood dans la peau, sur Arte. Après une adolescente sous le feu des projecteurs, au début des années 80, elle s’inscrit en littérature anglaise à la prestigieuse université de Yale et en sort diplômée en 1985.

Deux Oscars en quatre ans

Après quelques années en retrait des plateaux de cinéma, son rôle dans Les Accusés (1988) signe son grand retour. Dans le film de Jonathan Kaplan, elle est Sarah Tobias, une jeune serveuse violée par trois hommes dans un bar. Elle remporte son premier Oscar. Quatre ans plus tard, elle triomphe une nouvelle fois grâce à son rôle de Clarice Starling dans Le Silence des agneaux, avecAnthony Hopkins.

Son deuxième Oscar lui est remis par Michael Douglas, son premier partenaire à l’écran, vingt ans plus tôt. Après le remarqué Sommersby en 1993, avec Richard Gere et Maverick avec Mel Gilbson, en 1994, elle est hypnotisante en Meg Altman, dans le thriller de David Fincher, Panic Room (2002), révélant la jeune Kristen Stewart qui n’a alors que douze ans.

Après des années 2000 plus discrètes, marquées par des seconds rôles, puis la réalisation, elle effectue son grand retour en 2021 auprès de Tahar Rahim dans Désigné coupable (dont la sortie française est prévue le 14 juillet 2021, ndlr), où elle joue l’avocate de Mohamedou Ould Slahi, Mauritanien accusé à tort d’avoir commandité les attentats du 11 septembre, emprisonné pendant quatorze ans à Guantánamo.

Jodie Foster, la réalisatrice

En 1992, avec Le petit homme, Jodie Foster s’essaie à la réalisation. Forte de cette expérience, elle réalise trois autres films en vingt ans, dont Un week-end en famille avec Holly Hunter et Robert Downey Jr., en 1995, et Le Complexe du Castor, avec Mel Gilbson, en 2011.

Enfin, en 2016, quarante ans après sa première participation au festival de Cannes, Jodie Foster y présente son quatrième long-métrage, Money Monster, accompagnée du prodigieux duo d’acteurs formé par George Clooney et Julia Roberts.

Bien qu’elle soit encore une des rares actrices à ne pas avoir pris le chemin des séries ces dernières années, on lui doit aussi la réalisation d’un épisode de la saison 2 d’Orange Is The New Black, en 2013, d’un épisode de la saison 2 d’House of Cards, l’année suivante, et enfin de Black Mirror en 2017. 

Jodie Foster et la France

Depuis son enfance, Jodie Foster entretient un lien particulier avec la France. Fervente francophile, sa mère l’amenait au cinéma dans les années 70 pour voir les derniers films de la Nouvelle vague. Au lycée, la jeune actrice est naturellement scolarisée au lycée français de Los Angeles et devient bilingue. 

À 15 ans, elle apparaît pour la première fois à la télévision français pour présenter sa chanson Je t’attends depuis la nuit des temps, chez Michel Drucker. En 1977 toujours, elle reprend Comic Strip avec Claude François.

Cette année-là, elle tourne Moi, fleur bleu, d’Éric Le Hung, son premier film en français. En plein milieu de ses études Yale, elle revient en France pour jouer dans le nouveau film de Claude Chabrol, Le Sang des autres (1984), adapté du roman de Simone de Beauvoir, avec le Canadien Michael Ontkean, le Néo-zélandais Sam Neill et Lambert Wilson. 

Elle tient depuis à réaliser le doublage de sa voix en français dans la majorité de ses films. En 2004, elle fait une apparition dans le multi-récompensé Un long dimanche de fiançailles, avec Audrey Tautou et Marion Cotillard. 

Son lien avec l’Hexagone est salué en février 2011 quand elle préside la 36e des cérémonie des César et remet le prix du Meilleur film à Xavier Beauvoix pour Des hommes et des dieux. Dix ans plus tard, c’est cette fois-ci le Festival de Cannes qui rend hommage à l’ensemble de sa carrière. En juillet 2021, l’Américaine recevra la Palme d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. 

La récompense “salue un parcours artistique brillant, une personnalité rare et un engagement discret mais affirmé pour les grands sujets de notre époque”, a annoncé le festival dans un communiqué. “Cannes est un festival auquel je dois tant, il a totalement changé ma vie”, a réagi l’actrice, repartie avec la Palme d’or pour sa toute première venue sur la Croisette en 1976 pour Taxi Driver. Au total, sept de ses films (en tant qu’actrice ou réalisatrice) y ont été présentés. 

  • Olivia Colman, son altesse
  • Meryl Streep, actrice affirmée et reconnue

Un coming-out public à 50 ans

Pendant longtemps, Jodie Foster est restée discrète sur sa vie privée. À tout juste 18 ans, au début des années 80, elle a été la cible de John Hinckley Jr, criminel ayant développé une obsession pour l’actrice après l’avoir vue dans Taxi Driver. Le 30 mars 1981, il tente d’assassiner le président des États-Unis Ronald Reagan dans le but de l’impressionner.

Il a fallu dix ans pour que l’actrice s’affiche publiquement avec une femme. De 1993 à 2008, elle a partagé la vie de la productrice Cydney Bernard, rencontrée sur le tournage du film Sommersby. Ensemble, elles ont eu deux garçons, nés en 1998 et 2001. 

En recevant le Cecil B. DeMille Award pour l’ensemble de sa carrière à l’occasion de la 70e cérémonie des Golden Globes en 2013, l’actrice évoque pour la première fois publiquement son homosexualité.”Je ne pourrais en aucune façon être ici sans remercier l’un des plus grands amours de ma vie : mon héroïque co-parent, ex-compagne amoureuse et âme soeur, confesseur, partenaire de ski, conseillère, ma chère compagne pendant 20 ans, Cydney Bernard”.

Avec humour, la star alors âgée de 50 ans a poursuivi : “Je crois que j’ai un besoin urgent de dire quelque chose que je n’ai jamais été capable de dire en public et qui me rend un peu nerveuse (…) Alors je vais juste le dire, avec force et fierté, ok ? Et je vais avoir besoin de votre soutien. Je suis célibataire (…) Ça aurait pu être un grand discours de coming-out. Mais j’ai fait mon coming-out il y a mille ans, à l’âge de pierre”. 

Depuis 2014, elle est mariée avec la photographe Alexandra Hedison, vue dans la série The L Word.  En février 2021, elle remporte le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Désigné coupable. À l’annonce de son nom, Jodie Foster a pour la première fois embrassé publiquement son épouse, assise à côté d’elle en visioconférence. Huit ans après son coming-out public, ce geste n’est pas sans importance à Hollywood, où la représentation des lesbiennes est encore minoritaire.

Jodie Foster remporte le Golden Globe 2021 de la Meilleure actrice dans un second rôle pour "Désigné coupble"

Jodie Foster présente son film "Money Monster" avec Julia Roberts et George Clooney au Festival de Cannes, en 2016

Jodie Foster à la cérémonie de Golden Globes, en 2013

Jodie Foster, présidente de la cérémonie des César, en 2011

Jodie Foster et son épouse, la photographe Alexandra Hedison

Jodie Foster et Russell Crowe à la cérémonie de Golden Globes, en 2000

Jodie Foster et Mel Gibson à la cérémonie des Golden Globes, en 1996

Jodie Foster et Anthony Hopkins, les deux grands vainqueurs de la cérémonie des Oscars, en 1992

Jodie Foster et Dustin Hoffman à la cérémonie des Oscars, en 1989

Jodie Foster à la cérémonie des César, en 1978

Jodie Foster, 13 ans, dans "Taxi Driver", en 1976


Source: Lire L’Article Complet