Jean-Jacques Bourdin accusé d’agression sexuelle : sa réaction face à Valérie Pécresse

En direct sur BFM TV, Jean-Jacques Bourdin a nié les faits après le propos introductif de Valérie Pécresse. La candidate LR à l’élection présidentielle, qui était sa première invitée dans La France dans les yeux, venait d’évoquer l’enquête pour soupçon d’agression sexuelle ouverte après le dépôt de plainte d’une ancienne journaliste.

C’est à un Jean-Jacques Bourdin semblant visiblement légèrement tremblant que les téléspectateurs de BFM TV ont fait face au début de la nouvelle émission La France dans les yeux, dont Valérie Pécresse était la première invitée ce mardi 18 janvier. Un programme qui était diffusé depuis Uzerche, en Corrèze. « J’imagine que vous êtes heureuse d’être ici, en Corrèze », a débuté le journaliste. Mais la candidate LR à l’élection présidentielle est allée sur un autre terrain, en expliquant pourquoi elle s’est « clairement posé la question de [sa] participation à cette émission ». La raison : « l’ouverture d’une enquête par la justice à la suite d’une plainte déposée contre Monsieur Bourdin pour tentative d’agression sexuelle ». « Je sais qu’il conteste fermement ces faits et bien-sûr, c’est à la justice de les trancher et je respecte la présomption d’innocence », a-t-elle lancé avant de saluer la libération de la parole des femmes qu’elle affirme vouloir soutenir si elle était élue présidente de la République.

« Si ces accusations sont avérées, elle sont graves et elles doivent être condamnées », a poursuivi Valérie Pécresse. Un monologue d’ouverture de près de deux minutes sans aucune interruption de la part de Jean-Jacques Bourdin. Le journaliste, présumé innocent, qui lui a toutefois répondu de façon brève, quelque peu tremblant. « Je voudrais ajouter, Valérie Pécresse… J’ai décidé de ne pas m’exprimer à ce sujet. Mais je conteste les faits rapportés par la presse et je laisse la justice faire son travail », a réagi l’époux d’Anne Nivat avant de reprendre le cours normal de sa nouvelle émission. Quelques heures avant ce nouveau programme très attendu, certains se demandaient encore si le journaliste serait en mesure de le présenter, et une enquête pour soupçon d’agression sexuelle était ouverte par le parquet de Paris.

Des faits rapportés datant de 2013 et qu’il conteste

L’enquête été confiée au commissariat du 16e arrondissement de Paris. Une enquête interne avait déjà été lancée à BFM TV et RMC après la plainte d’une ancienne journaliste concernant des faits datant d’octobre 2013 lors d’un déplacement professionnel à Calvi, en Haute-Corse. Déplacement lors duquel il aurait, selon elle, tenté de l’embrasser de force dans la piscine de l’hôtel. « J’obtiens toujours ce que je veux », lui aurait-il dit. « J’ai vécu cette dernière phrase comme s’il me prévenait que tôt ou tard il aurait ce qu’il voulait » et « comme une menace de la part de quelqu’un qui avait un ascendant hiérarchique sur moi », explique l’ancienne journaliste de BFM TV dans sa plainte relayée par franceinfo. Elle aurait ensuite reçu de nombreux mails et SMS dans lesquels Jean-Jacques Bourdin lui aurait demandé des faveurs sexuelles.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture BFM TV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet