Jean Castex : après les petites culottes, le Premier ministre reçoit encore des colis improbables

Il est temps que les commerces réouvrent rapidement, sinon les bureaux de Jean Castex à Matignon vont crouler sous les colis envoyés par les boutiquiers mécontents ! Après avoir reçu des petites culottes le 20 avril dernier, le Premier ministre s’est trouvé destinataire ce lundi 26 avril de colis contenant des chaussures usagées, voire trouées !

Jean Castex

La colère et surtout le ras-le-bol grondent dans les différents secteurs d’activités impactés par la crise liée à la pandémie de Covid-19. Les acteurs du monde culturel et du spectacle vivant n’ont de cesse d’invectiver depuis des mois leur ministre de tutelle Roselyne Bachelot pour que cette dernière allège les mesures pour permettre la réouverture des lieux de spectacle, les cinémas et les musées. Pour ce qui est du commerce de détail, même combat : depuis le troisième confinement datant du 3 avril, le gouvernement a annoncé la fermeture des commerces considérés comme non essentiels. Alors quoi de mieux qu’une action forte et originale pour interpeller les politiques ? Ce fut le cas la semaine passée, avec une “action culottée lancée par 80 gérantes de boutiques de lingerie contre Jean Castex. Elles ont adressé des courriers à Matignon qui contenaient à chaque fois une petite culotte, un string ou un tanga ainsi qu’une lettre afin de revendiquer la réouverture des magasins de sous-vêtements.

Prenant exemple sur cette action qui a fait parler d’elle, d’autres commerçants ont expédié des colis ce lundi 26 avril au chef du gouvernement. Après les vendeurs de sous-vêtements, c’est au tour des vendeurs de chaussures d’écrire au Premier ministre.

Encore des cadeaux pour Matignon

Comme le relate Le Parisien dans ses colonnes, des commerçantes de l’Essonne ont fait parvenir à Jean Castex quatre colis remplis de chaussures usagées, abîmées et même trouées, depuis la poste de Yerres. “Ma boutique fait 50 mètres carrés. Je peux accueillir en toute sécurité jusqu’à 4 personnes”, a expliqué l’une des commerçantes. “Si je ne peux pas commencer à vendre début mai, c’est foutu”, a surenchéri une autre pour justifier leur action. Et d’ajouter que l’achat sur Internet se révèle parfois trop “complexe pour certains clients, et notamment les plus petits, qui ne peuvent pas correctement essayer leur paire, en passant par le click and collect. Nul doute que les commerçants attendent avec impatience le 3 mai prochain pour savoir s’ils pourront réouvrir ou non… Sinon Matignon peut s’attendre à recevoir encore d’autres cadeaux !

Source: Lire L’Article Complet