« Je suis terrorisée à l’idée de nuire » : les craintes de Camille Kouchner sur ses accusations contre Olivier Duhamel

Dans le podcast Fracas, produit par Louie Média et Radio Nova, Camille Kouchner s’est confiée sur ses accusations à l’encontre de son beau-père Olivier Duhamel et sur sa décision de briser le silence.

Olivier Duhamel

Camille Kouchner

La parole se libère. Depuis plusieurs mois, les témoignages de victimes d’inceste se multiplient. Tout a commencé par le témoignage de Camille Kouchner. En janvier dernier, la fille de Bernard Kouchner et d’Evelyne Pisier a publié le livre La Familia Grande dans lequel elle raconte notamment que son beau-père Olivier Duhamel a abusé de son frère jumeau – qu’elle appelle Victor dans l’ouvrage – alors qu’il était adolescent. Dans le podcast Fracas, produit par Louie Média et diffusé sur Radio Nova jeudi 8 avril, Camille Kouchner a révélé ce qui l’avait poussée à parler. L’avocate a expliqué avoir été “beaucoup aidée” par une analyse, qui l’a amenée à se poser deux questions : “‘Ai-je traversé ces évènements ?’ La réponse était ‘oui’. ‘Est-ce que je veux de ce monde-là, où on laisse les gens se faire agresser et on reste des témoins passifs ?’ La réponse était ‘non’.”

J’étais complètement victime de l’emprise de mes parents

Camille Kouchner a donc décidé de se livrer. Et elle n’a pas eu l’impression “de rompre un secret entre [son frère] et [elle]”: “D’abord parce que mon frère a parlé à ma mère et à mon père. À chaque fois que cela a été important de parler, il l’a fait”, a-t-elle expliqué. Et parce qu’elle a voulu ainsi l’aider, ne lui laissant pas assumer seul la responsabilité de la parole. J’ai fini par comprendre que ce silence n’était pas une intention de mon frère. Ce n’était pas un secret imposé par lui. J’ai compris que je recevais l’emprise de la même manière que lui. J’ai compris que j’étais complètement victime de l’emprise de mes parents sur nous”, a-t-elle expliqué, ajoutant à propos de la difficulté à parler : “On dénonce des gens que l’on a beaucoup aimés, en qui l’on avait confiance et surtout qui nous ont aidés à construire le monde, qui nous ont transmis des valeurs, et qui nous ont donné les mots pour concevoir le monde”. Mais elle a fini par refuser “le silence imposé” par son beau-père Olivier Duhamel.

“Je suis terrorisée à l’idée de nuire”, a confié Camille Kouchner, continuant : “C’est ça qui est tordu en fait, c’est ça la perversité de ce que l’on fait porter aux enfants, victimes directes ou indirectes, c’est cette responsabilité-là. J’ai peur de nuire, à mon jumeau, à mes enfants, à mes cousins…Et elle a longtemps eu peur de nuire à sa mère Evelyne Pisier. Quand celle-ci a appris les abus subis par son fils, elle s’est rangée du côté d’Olivier Duhamel. “C’est peut-être une façon d’excuser ma mère, mais je pense qu’elle était un peu sidérée par toute la violence qui s’était abattue sur elle dans la vie, pas seulement les agressions qu’a subies mon frère, a-t-elle poursuivi. Elle a aussi perdu ses parents dans des conditions hyper violentes. Je crois qu’elle n’en pouvait plus. Je n’essaie pas de justifier mon silence, mais avoir une mère aussi affaiblie n’aide pas à parler. Je voulais tout sauf lui nuire.”

Source: Lire L’Article Complet