Jack Lang amer : « J’aurais dû court-circuiter le PS »

Désormais éloigné du devant de la scène politique, Jack Lang nourrit quelques regrets. L’ex-ministre de la Culture, admiratif d’Emmanuel Macron, ne cache pas qu’il avait des ambitions bien plus élevées en politique.

A propos de


  1. Jack Lang

Figure de la Mitterrandie, à l’origine de la Fête de la musique et ministre de la Culture parmi les plus emblématiques… A 81 ans, Jack Lang a mené une carrière politique que beaucoup de personnalités du PS peuvent envier. Mais en retraçant le fil de son parcours, le président de l’Institut du monde arabe estime qu’il aurait pu aller plus haut. A commencer par conquérir la mairie de Paris, voire l’Elysée, comme François Mitterrand l’a souvent encouragé à le tenter. “Allez-y, foncez !“, lui aurait-il dit depuis sa maison de Latche, selon les dires de son ex-ministre dans Paris Match.

2007 sera l’année où Jack Lang sera le plus proche de se lancer. Avant de se faire doubler par Ségolène Royal, puis par son ami DSK quelques années plus tard. Car au PS, tout le monde ne partageait pas l’enthousiasme de François Mitterrand pour l’ex-ministre, régulièrement pressenti pour participer aux primaires du parti, puis souvent contraint de s’effacer. Ce qui donne aujourd’hui quelques regrets à Jack Lang, admiratif du parcours d’Emmanuel Macron : “J’aurais dû avoir son audace, court-circuiter le PS“, a confié l’époux de Monique après son élection.

Macron lui plaît

A la tête de l’Institut du monde arabe depuis 8 ans – il a été nommé par François Hollande qu’il avait soutenu à la présidentielle – Jack Lang entretient désormais une relation cordiale avec le chef de l’Etat, dont il apprécie “le style d’action“. L’ex-ministre lui envoie notamment de nombreuses notes, pour lui proposer des solutions dans le secteur culturel touché de plein fouet par le Covid-19.

Crédits photos : ELYxandro Cegarra / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet