INTERVIEW – Hélène Mannarino, l’esprit de famille

Hélène Mannarino, 32 ans, est une étoile montante sur TF1. Ci-dessous, aux côtés de Nicolas Canteloup, auprès duquel elle a son mot à dire entre deux sketchs de l’imitateur à succès qui entame sa douzième saison.

C’est une beauté brune, à l’œil rieur et à la voix chaleureuse. Hélène Mannarino est de celles qui dégagent une impression de bien-être et d’assurance. Aucune trace d’affolement ou d’incertitude n’agite celle qui donne la réplique à Canteloup sur TF1 depuis septembre, en remplacement d’Alessandra Sublet. A 32 ans, cette enfant gâtée du PAF, passée par TMC, LCI et Europe 1, fait plus que tirer son épingle du jeu. Elle avance au fil des propositions, dessine les contours d’un parcours aussi solide que cohérent et accepte de dévoiler les secrets En de sa sérénité, plutôt rare dans l’univers incertain des médias. l’occurrence, il s’agit du soutien infaillible, à ses côtés, de ses deux sœurs et de son frère. Marion (42 ans), responsable des ressources humaines à Avignon, et Chloé (38 ans), institutrice dans une école privée britannique à Barcelone, sont venues poser pour un portrait de famille. Thomas (40 ans), kinésithérapeute, n’a pu se libérer. Il est resté à Saint-Jean-de-Luz. « On est tous éparpillés« , regrette Hélène, seule parisienne du lot, ravie de retrouver ses sœurs, le temps de la séance photo.

Soudé par un groupe WhatsApp alimenté tous les jours de photos et réflexions de chacun, le clan aime à se réunir au fil des fêtes familiales : Pâques, Noël, anniversaires des uns et des autres… « Du coup, on ne se sent jamais très éloignés ! », s’enthousiasme la journaliste qui, en tant que petite dernière, jouit d’une attention particulière. « Quand elle travaillait sur LCI en matinale, explique Marion, je lui envoyais tous les jours un texto vers 6 heures du matin pour commenter ses prestations. » Entre sœurs, pas de jalousies ou de rivalités mal placées. Au contraire, une fierté certaine pour la trajectoire de chacune. Chloé lance : « Au sein de la fratrie, on a tous une place définie. Elle est égale. Nous avons pour point commun d’exercer un métier tourné vers les autres, un héritage de notre mère institutrice et de notre père, actif dans le social. » Ce socle familial immuable qui lui permet de s’élever, Hélène le sait, est une chance : « Je dis toujours que si mon frère et mes sœurs ne l’étaient pas, ils seraient mes meilleurs amis. On échange, on fait du shopping, on dîne, on sort, on fait la fête ensemble. L’hiver, on part au ski et on fait des randonnées. Nous sommes inséparables au fond et c’est très protecteur. Par exemple, je ne prends aucune décision professionnelle sans leur en parler. »

La maternité, une envie qui se fait ressentir

Si Marion a trois enfants, Chloé et Thomas deux chacun, Hélène se contente pour l’instant d’un rôle de tante : « Ça me comble. Je suis “tati chouchou” pour mes neveux. Si je devais nommer les valeurs qui me lient à ma famille, je dirais la bienveillance, la compréhension et le soutien. Bien sûr, j’ai moi aussi envie d’avoir des enfants. Je veux pouvoir donner de l’amour à quelqu’un. Mais on verra. » En attendant, regarder Hélène et ses sœurs donne l’impression de voir un épisode d’Une famille formidable. Les répliques fusent, la vie circule comme les rires. Bref, le tableau présenté fait envie. On féliciterait volontiers les parents Mannarino pour avoir su créer une telle harmonie. Jusqu’à un langage commun à la fratrie, qui aime communiquer par répliques issues de comédies ou sitcoms : de quoi nourrir le second degré des conversations. Au menu des références des Mannarino, les films Quatre garçons pleins d’avenir, Les bronzés font du ski, Pretty Woman ou Génial, mes parents divorcent ! Mais aussi les séries Hartley, cœurs à vif, Les vacances de l’amour ou Sous le soleil.

Origines italiennes oblige, les souvenirs d’enfance des sœurs tournent beaucoup autour du traditionnel plat de pâtes préparé par leur père. « C’était un rituel marquant« , soutient Hélène. « C’est autour de la table que les personnalités émergent. Dans la famille, chacun joue un rôle. Marion, l’aînée, est celle qui materne. Chloé, est la rebelle (elle a déjà fait une fugue avec son sac à dos !), Thomas, lui, est l’électron libre, le seul garçon… donc forcément un peu chouchouté. » Marion complète : « Hélène est la petite dernière, celle à laquelle tout le monde fait attention. Je la revois encore petite avec ses cheveux frisés… »

Et pas un Mannarino qui ne jure par la valeur travail et le sport. Hélène raconte : « Maman nous a toujours dit qu’il fallait être indépendante, nous travaillons toutes. Sans pour autant ignorer le corps. Etre bien dans nos vies passe par le fait de bouger. Côté sport, Marion fait du marathon, Thomas du surf, Chloé de la course en montagne, et moi de la course et de la boxe. » Des disciplines qui payent à en croire les silhouettes longilignes des sœurs. « Du coup, on se partage pas mal les fringues », lance Chloé. Les vêtements, en effet, circulent de l’une à l’autre. Pas le maquillage, en revanche. « Mais, explique Marion, de ce côté-là, on copie sur Hélène. C’est elle qui, avec son métier, nous briefe sur tous les bons produits ou les astuces. » Tandis qu’on quitte les sœurs en leur demandant comment se poursuivra la soirée, Hélène nous répond d’emblée : « Bah, on va aller boire un verre maintenant ! » Les Mannarino ? Le club le plus exclusif et le plus soudé jamais croisé.

Cet entretien est à retrouver dans Gala N°1530, disponible ce jeudi 6 octobre.

Crédits photos : Benjamin Decoin

A propos de

  • Abonnez-vous à votre star préférée et recevez ses actus en avant première !

  • Hélène Mannarino

  • suivre plus de stars

Il vous reste 85% de l’article à découvrir

Autour de

Source: Lire L’Article Complet