INTERVIEW – Dany Brillant : « Charles Aznavour était un peu comme un père »

Dany Brillant dévoile son nouvel album ce vendredi 8 octobre dans lequel il reprend les tubes de Charles Aznavour avec de multiples artistes. L’occasion de parler quelques instants avec lui.

Ce vendredi 8 octobre, Dany Brillant dévoile un disque de reprises des chansons de Charles Aznavour, son second, le premier étant sorti en 2020. Mais cette fois il est accompagné d’autres artistes. À 55 ans, le crooner emporte les chansons cultes de celui qui est décédé en 2018 dans son univers, mais sans pour autant les dénaturer. À cette occasion, il se confie à Gala.fr.

Gala.fr : Vous sortez un volume 2 de l’album Dany Brillant chante Aznavour. Mais la particulière, cette fois, c’est que ce sont uniquement des duos. Pourquoi ?
Dany Brillant
: Pour deux raisons. D’abord, je voulais sortir mon album il y a un an, je voulais faire un double album déjà parce que l’oeuvre de Charles est tellement large qu’en dix chansons, je ne pouvais pas embrasser sa carrière comme il se doit. Puis le confinement est arrivé et ça a interrompu l’enregistrement du second volume. Au même moment, j’ai fait un duo avec Chimène Badi, et je me suis rendu compte que tout le monde avait grandi avec Charles Aznavour, et donc plutôt que d’être seul sur ce volume 2, je me suis dit qu’autant être accompagné.

Gala.fr : Comment avez-vous sélectionné les artistes avec lesquels vous chantez ces duos ?
Dany Brillant
: J’ai été demandé à tout le monde de moi-même, et je savais à peu près qui irait le mieux sur quel titre. Tout le monde m’a dit oui.

Gala.fr : Grâce à cet opus, on découvre que Laurent Gerra, Franck Dubosc et Antoine Duléry savent chanter et ont le sens du rythme !
Dany Brillant
: Ils aiment tous la chanson ! Puis vous savez, les chansons de Charles sont très théâtrales, donc ils n’ont pas eu besoin de beaucoup de prises pour que ce soit parfait !

Gala.fr : Quelle était la chanson d’Aznavour la plus compliquée à chanter, que ce soit pour sa structure ou le côté émotionnel ?
Dany Brillant
: Les plaisirs démodés, car la chanson a deux facettes, une rock et un plus flow. Techniquement, c’est très dur aussi bien pour le chanteur que pour l’orchestre. Et j’ai voulu la chanter avec Véronic Di Caire, qui avait toutes les qualités pour !

« Katia est toujours sous le choc « 

Gala.fr : Impossible de parler de cet album sans évoquer le duo que vous faites avec Katia Aznavour !
Dany Brillant
: C’est un beau cadeau qu’elle me fait, car depuis la disparition de son père, elle ne veut rien faire, et est toujours sous le choc. Et je la comprends. Pour moi, elle a fait une exception, et a chanté. C’était très émouvant de chanter avec la fille de Charles et il y avait une grande émotion. Et sa voix, on dirait un ange.

Gala.fr : Vous avez bien connu Charles Aznavour. Que retenez-vous de lui ? Des conseils ?
Dany Brillant
: C’était un peu comme un père ! Il m’emmenait partout et m’invitait souvent dans de grands événements. Il me donnait des conseils et était protecteur. C’était une figure rassurante dans un milieu qui n’est pas simple.

Gala.fr : Et ça ne vous mettait pas la pression pour l’enregistrement de ces albums ?
Dany Brillant
: Pas du tout, car je l’ai fait avec le coeur, et je n’ai pas voulu faire les mêmes versions que l’époque, les emmener un peu dans mon univers.

Gala.fr : Doit-on s’attendre à un troisième volume de cet album de reprises ?
Dany Brillant
: Ah non, là, j’avais envie de le faire car je trouvais qu’on ne parlait pas beaucoup de Charles à côté de ce qu’on a fait pour Johnny ou Belmondo. Il était quand même connu dans le monde entier, et je trouvais ça dommage. C’est pour ça qu’avec l’accord de la famille, je voulais lui rendre hommage.

Gala.fr : En sortant un disque de reprises de Charles Aznavour, n’appréhendiez-vous pas les critiques ?
Dany Brillant
: Je n’ai pas eu de critiques, donc finalement… Ma démarche est authentique et vraie. Je voulais juste m’éclater et reprendre des classiques. Et j’espère que plus tard, des jeunes reprendront aussi ces classiques.

https://www.instagram.com/p/CUW78E7Fgfh/

A post shared by Dany Brillant (@danybrillant)

Gala.fr : Et vous allez bientôt animer un divertissement autour Charles Aznavour sur France Télévisions !
Dany Brillant
: J’ai eu la chance, parce qu’on m’a proposé d’animer le show. J’avoue que j’étais un peu gêné, un peu la trouille, mais ils ont été très sympa. Ils ont créé des conditions pour que je me sente bien. On a tourné dans une salle de spectacle, les Folies-Bergère. J’ai rapidement oublié les caméras, d’autant plus que les duos je les connaissais, et les chanteurs aussi. Tout cela m’a rendu plus serein.

Gala.fr : En 2014, votre fille Léah confiait à Gala que vous incarniez « le romantisme à l’ancienne ». Sept ans après, c’est toujours aussi vrai, vous êtes toujours une figure du romantisme en France !
Dany Brillant
: Pourquoi ma fille dit « à l’ancienne » surtout ! Le romantisme est éternel et est toujours actuel. (Il rit) Je crois que je suis un romantique, c’est vrai, ce qui vient du coeur me fait plus bouger que le cérébral.

Gala.fr : Cette image de crooner romantique, vous l’appréciez ?
Dany Brillant
: C’est ce que je suis, et je l’assume, donc il n’y a pas de problème.

Gala.fr : Et puis, cette année est une grande année pour vous. Votre premier album est sorti il y a 30 ans. Ca se fête !
Dany Brillant
: Et oui, j’ai tenu 30 ans ! Car au final, c’est le public le patron, un jour on peut travailler, et le lendemain non. Le jour où il n’y aura plus personne dans mes spectacles et que mes disques ne se vendront plus, je ne vais pas m’acharner. Vous savez, quand j’ai débuté ma carrière, on m’a dit que je n’allais durer que deux ans. Trente ans plus tard, je suis toujours là.

« J’ai l’impression que la musique n’a plus de valeur »

Gala.fr : Le streaming prend de plus en plus de mal et le CD se vend de moins en moins. Quelle est votre position face à ce constat ?
Dany Brillant :
J’ai beaucoup de mal. Le streaming… Moi qui accordais une grande importance au CD, au livret, aux photos, j’ai l’impression que la musique n’a plus de valeur. Mais peut-être qu’un jour on reviendra au disque.

Gala.fr : En tant qu’artiste, comment avez-vous vécu cette crise sanitaire où la crise du disque s’est accentuée et les concerts étaient impossible ?
Dany Brillant
: Il faut toujours voir un cadeau caché dans l’épreuve. Et dans mon cas, j’ai eu le temps d’enregistrer l’album, et puisque les autres artistes avaient le temps aussi, ce projet a pu ce faire. En temps normal, le projet n’aurait peut-être pas existé. Charles m’a donc aidé à passer cette période.

Gala.fr : Vous chantez la fête, vous symbolisez le sourire et la bonne humeur. N’êtes vous jamais de mauvaise humeur, justement ?
Dany Brillant
: Ah si, et les gens qui me connaissent pourront dire que je suis très mélancolique. Ma musique est joyeuse, et c’est comme une thérapie. Puis les gens ont assez de problème pour que j’expose les miens.

Gala.fr : Dans le livret de votre album, vous remerciez entre autres votre femme Nathalie. C’est un soutien au quotidien ?
Dany Brillant
: Oui, j’ai une garde rapprochée autour de moi. Que ce soit mon managers, mes équipes, mais aussi ma femme. Je ressens leur bienveillance, et parfois, ça m’aide de leur faire écouter, car je peux trouver la bonne version d’une chanson.

Gala.fr : On parle de reprises, mais vous pensez à votre prochain album inédit ?
Dany Brillant
: J’ai quelques idées, oui, mais une chose à la fois car je ne sais pas faire deux choses en même temps. Là, mon album de reprises sort seulement, donc on verra plus tard pour la création.

https://www.instagram.com/p/CUpc2K8s4Ln/

A post shared by Dany Brillant (@danybrillant)

Crédits photos : DR

Autour de

Source: Lire L’Article Complet