Ils ont touché la reine Elizabeth II alors que le protocole l’interdit

Qui oserait toucher la reine Elizabeth II ? Le protocole, très ancien, fixe plusieurs règles, dont l’interdiction de toucher la souveraine. Au même titre qu’il convient de l’appeler “Votre Majesté” ou “Ma’am”. Il est cependant possible de lui serrer la main, mais uniquement lorsqu’elle fait tend la sienne en premier.

Si les usages sont importants, le site de la monarchie britannique explique qu’il “n’y a pas de codes de conduite obligatoires pour rencontrer la reine ou un membre de la famille royale, mais de nombreuses personnes souhaitent observer les formes traditionnelles.”

En 1972, le président français Georges Pompidou a pris la reine par le bras pour monter les marches de l’Élysée. En 1992, c’est cette-fois-ci le Premier ministre australien Paul Keating qui a enroulé son bras dans le dos de la reine alors qu’elle était en visite à Canberra.

Mais ils ne sont pas les seuls. Ces gestes, qui n’ont jamais causé d’incident diplomatique, ni même l’agacement de la reine -pourtant très attachée au protocole- n’échappent jamais à la presse. Revue de ces faux-pas plein de bons sentiments en images.

  • Obsèques du prince Philip : pourquoi Elizabeth II était-elle seule face au cercueil de son époux ?
  • Le jour où Elizabeth II a été couronnée reine du Royaume-Uni

Jacques Chirac, en 2004

En 2004, Elizabeth II est en visite d’État à Paris. En marchant, le président Jacques Chirac touche brièvement le dos de la reine. Pourtant, le geste passe presque inaperçu.

En 1996, l’attitude du président français, récemment élu, en visite à Londres, avait, elle, fait parler. Alors qu’il partage le carrosse royal avec la reine, Jacques Chirac salue la foule et lui envoie des baisers avec des grands gestes -pas très protocolaires (voir à 2mn51 dans la vidéo ci-dessous, NDRL). La monarque reste stoïque.

  • Jacques Chirac : les photos cultes de l’ancien président de la République
  • Bernadette et Jacques Chirac, le couple qui a résisté aux épreuves

Michelle Obama, en 2009

Au printemps 2009, le couple Obama effectue sa première visite au Royaume-Uni. En marge du sommet du G20, Michelle Obama et le président des États-Unis sont reçus avec d’autres chefs d’État à Buckingham Palace.

En pleine discussion, la Première dame passe son bras dans le dos de la reine. S’il s’agit d’une erreur majeure, Elizabeth II ne semble pas l’avoir vue de cette manière puisqu’elle a ensuite répété le geste !

Michelle Obama est revenue son geste dans ses mémoires publiées en 2018, intitulées Becoming : “J’ai avoué à la reine que j’avais mal aux pieds. Elle m’a avoué qu’elle aussi. Nous nous sommes regardées avec la même expression (…) Et là-dessus, elle est partie d’un rire absolument charmant. Oubliez un instant qu’elle porte parfois une couronne sertie de diamants et que j’étais arrivée à Londres à bord de l’avion présidentiel : nous n’étions rien d’autre que deux dames fatiguées opprimées par nos chaussures.”

Elle poursuit : “J’ai fait ce que je fais instinctivement lorsque je me sens en phase avec une nouvelle personne, à savoir extérioriser mes sentiments. J’ai affectueusement passé la main par-dessus son épaule. À cet instant précis, je ne savais pas que j’étais en train de commettre ce qui allait être considéré comme le faux pas ultime.”

J’ai fait ce que je fais instinctivement lorsque je me sens en phase avec une nouvelle personne.

Les Obama sont ensuite revenus à plusieurs reprises à Buckingham Palace.

  • Pourquoi on aime le style de Michelle Obama ?
  • Elles ont été Première dame des États-Unis

Donald Trump, en 2019

Lors de sa seconde visite diplomatique en Angleterre, en juin 2019, l’ancien président des États-Unis Donald Trump est assis à côté de la reine lors d’un dîner en présence du prince Charles. Alors qu’il sont debout, le milliardaire met sa main dans le dos d’Elizabeth II.

Cette entorse au protocole n’est pas la première. En 2018, au château de Windsor, au moment de passer les troupes en revue, il marche devant la souveraine. Remarquant le faux-pas, la reine se  replace immédiatement à côté de lui. 

Le président polonais Aleksander Kwasniewski en 1996

En 2001 à Brighton, une personne dans la foule touche la reine

Une exception pour ses petits-enfants : ici en 2006 avec sa petite-fille Zara Phillips, la fille de la princesse Anne

Une exception pour ses petits-enfants : ici en 2007 avec son petit-fils le prince William

Source: Lire L’Article Complet