Gérard Vives : "J’ai refusé de revenir dans Les Filles d’à côté pour me consacrer à de nouveaux proj…

Gérard Vives s’est livré à coeur ouvert à Télé Star, lors d’une rencontre sur le Fan Parks du Tour de France, à Albertville. La comédien de 58 ans, connu pour son rôle dans la série des années 90 Les filles d’à côté raconte sa nouvelle vie dans la Nièvre et son désir de revenir, plus que jamais, sur le devant de la scène à la télévision ou au théâtre.

Il est prêt à faire son grand retour sur le devant de la scène. Gérard Vives a accordé une interview à Télé Star dans laquelle il explique pourquoi il se fait discret. Après l’age d’or de la série Les Filles d’à côté, le comédien a fait sourire les téléspectateurs dans Le Juste Prix, formant un duo avec Vincent Lagaf’. Depuis quelques années, Gérard Vives se fait discret. Il se consacre à son domaine de la Vernée, dans le département de la Nièvre, où il organise des événements privés. Une vie loin de Paris, qui le rend heureux. Mais après une période de Covid-19 qui a chamboulé le monde de la culture, Gérard Vives souhaite plus que jamais rejouer la comédie, à la télévision, dans une fiction, ou sur les planches de théâtre.

Après la télévision, le public vous retrouve sur le Fans Park du Tour de France…

Gérard Vives : Je suis sur le Tour pour soutenir la Sapaudia, une association dont je suis le parrain et qui promeut le don des cellules souches pour soigner les leucémies et les cancers du sang. Je veux faire connaître cette cause auprès du grand public à travers le Tour de France, un événement populaire. Je discute avec les gens. Être sous les feux des projecteurs, ça aide. Les gens veulent me rencontrer et connaissent mon engagement pour les cellules souches depuis ma participation à la saison 2 de Je suis une célébrité, sortez-moi de là, en 2019, que j’ai par ailleurs remportée.

https://www.instagram.com/p/CQ89bgWhqzo/

A post shared by LA SAPAUDIA (@la.sapaudia)

Quels sont vos projets ?

Je vais remonter sur les planches de théâtre. J’ai envie de retourner à la comédie. Je suis en pleine lecture et j’ai entamé des discussions avec un théâtre parisien. Le monde du théâtre a été durement touché par la pandémie de Covid-19, alors cela devrait se concrétiser en 2022. J’ai déjà reçu 5 scénarios, mais aucun n’a retenu mon attention. Comme on dit, plus on est vieux, plus on est chiant ! (Rires) Je n’ai jamais fait de la télé ou ne me suis lancé dans un projet pour la médiatisation. Je pense que si le public me suit depuis 1993, c’est parce que j’ai toujours été sincère. Je reçois beaucoup de commentaires adorables, de toutes les générations. Et sinon, j’ai du carrelage et de l’enduit à terminer dans ma salle de bain !

Votre domaine de la Vernée, dans la Nièvre, semble vous prendre beaucoup de temps…

Oui, j’organise dans mon château des événements, des salons et des expositions. J’entretiens moi-même mon domaine. J’adore vivre à la campagne. Les gens ne sont pas du tout comme à Paris. Là-bas, tout le monde me connaît et plus particulièrement les caissières des magasins de bricolage que je fréquente régulièrement ! Je me sens privilégié, même si j’ai travaillé pour avoir ce que j’ai. Cette activité professionnelle me confère cette liberté de pouvoir prendre mon temps et accepter des projets qui me tiennent vraiment à cœur.

Pas de télévision dans vos papiers ?

J’aimerais beaucoup tourner dans une fiction ! Avoir un rôle dans récurrent dans une série ou participer en tant que guest, qu’importe le registre. J’ai la chance d’avoir un public qui m’apprécie, même si je me fais discret depuis des années. N’hésitez pas à penser à moi si vous avez un rôle !

Le producteur Jean-Luc Azoulay parle de tourner une nouvelle version des Filles d’à côté. Avez-vous été approché pour y figurer ?

Jean-Luc Azoulay m’a contacté, en effet. Mais j’ai refusé d’endosser à nouveau le rôle de Gérard, car je ne vois pas l’intérêt de réincarner ce personnage en tant que comédien. Cyril Hanouna va co-produire le programme, il ajoutera peut-être son grain de sel. À voir. Mais le public d’il y a trente ans a grandi… et moi aussi. Je pense notamment à l’époque du Juste prix avec Vincent Lagaf’. Ce sont des programmes où l’on créait sans cesse, et ça, c’était génial !

En parlant de Vincent Lagaf’, allons-nous revoir votre duo…

Le public me demande sans cesse de reformer le Juste Prix. Vincent et moi devions monter sur les planches ensemble. J’avais également écrit un téléfilm pour nous deux, mais il a préféré accepter des projets dans l’animation. Il a choisi son chemin, mais peut-être qu’un jour nous nous retrouverons. Qui sait !

Source: Lire L’Article Complet