Gad Elmaleh accusé de plagiat : « En faisant des montages, on peut tuer quelqu’un »

Interviewé ce dimanche 10 janvier dans Sept à Huit, sur TF1, Gad Elmaleh est revenu sur les accusations de plagiat à son encontre, révélé par le YouTubeur CopyComic en 2017. L’humoriste a reconnu avoir “repris des formules de mecs” qu’il appréciait dans le milieu du stand-up américain.

A propos de

  1. Gad Elmaleh

Il voulait conquérir l’Amérique, il s’est retrouvé sous le coup d’accusations de plagiat. En novembre 2017, Gad Elmaleh est pointé du doigt par un mystérieux YouTubeur, CopyComic, pour avoir “copié” des humoristes américains. Dans une interview à Sept à Huit ce dimanche 10 janvier, le comédien de 49 ans est revenu sur ces mois de débâcle dans sa carrière, où il est devenu l’objet de critiques incessantes de la part du public et du milieu. “Mon rêve était simple, je voulais me produire en anglais devant un public américain qui ne savait pas qui j’étais, aux côtés des plus grands humoristes qui m’ont fasciné et inspiré, explique-t-il dans un entretien intimiste avec Audrey Crespo-Mara, sur TF1. Je rêvais de faire les plus grands talk-shows américains, et je les ai à peu près tous fait.” Reconnaît-il ses inspirations auprès des plus grands comédiens de stand-up américains, dont certains passages choisis par CopyComic ressemblent à plusieurs de ses sketchs ? “J’ai repris des formules de mecs que j’aimais, oui”, répond le principal intéressé, sans détour.

Ce que l’interprète de Coco remet en cause en revanche, c’est l’acharnement dont il a été victime à la suite de ces révélations, relayées dans plusieurs montages sur YouTube. “On peut le mettre en scène, coller des bouts de façon très malveillante, très malhonnête. Je pense qu’en faisant un montage, on peut tuer quelqu’un”, affirme l’artiste franco-marocain, qui a traversé un moment difficile dans sa carrière où il a notamment été blacklisté d’une salle de spectacle à Montréal. “Ça m’a fait souffrir, ça m’a atteint. Le côté acharnement m’a épuisé et étonné, se souvient l’interprète du Blond, son personnage fétiche dans ses spectacles. Tout ce qu’on dit de vous devient horrible. On parle de vous comme d’un criminel.” Selon Gad Elmaleh, qui a récemment retrouvé le chemin des planches à Monaco, la plus grande difficulté n’est pas tant la faute de la presse, mais de ses proches du métier. Une souffrance qui “vient aussi des gens qui se détournent de vous” mais qui a aussi permis de faire le ménage dans son entourage. “Je n’aurais jamais eu cette crise, je serais encore entouré de gens médiocres, qui ne voulaient pas mon bien.”

L’emballement des réseaux sociaux

Dans cette tempête médiatique provoquée par CopyComic, plusieurs humoristes ont été rattrapés par les accusations de plagiat, dont l’acteur français Tomer Sisley. Contrairement à ce dernier, qui s’est rapidement exprimé à ce sujet, Gad Elmaleh a passé plusieurs mois à contre-attaquer à coups d’avocats au lieu de reconnaître les inspirations. J’ai mal géré la chose au début parce que j’étais fragile. Une réaction qu’il regrette aujourd’hui : “Mon rêve aurait été d’avoir la force de dire à ce moment-là que j’ai pris deux, trois idées de comiques américains par-ci, par-là, mais que je vous emmerde. J’ai trente heures de spectacle derrière moi, j’ai fait toute une carrière”. Les réseaux sociaux et leur pouvoir d’amplification auront joué un rôle dans l’emballement de la polémique. “Ça peut être magique, comme ça peut être mortel. C’est la grande différence entre le bouche-à-bouche et le bouche-à-oreille.” Et d’ajouter : “Celle-là, elle est de moi !”

Un article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran TF1

Source: Lire L’Article Complet