Gabriel Attal égratigne Marine Le Pen : « Personne ne croit à ce qu’elle est en train de dire »

Gabriel Attal était l’invité du Grand Rendez-vous d’Europe 1 ce dimanche 2 mai. S’il s’est exprimé au sujet de la crise sanitaire et de la vaccination, le porte-parole du gouvernement n’a une fois de plus pas épargné Marine Le Pen, à un an de l’élection présidentielle de 2022.

A propos de


  1. Gabriel Attal


  2. Marine Le Pen

La cible de Gabriel Attal n’a pas changé. Invité du Grand Rendez-vous d’Europe 1 ce dimanche 2 mai, le porte-parole du gouvernement a évoqué divers thématiques. S’il est bien sûr revenu sur la gestion de la crise sanitaire et la campagne de vaccination, l’intéressé a également profité de cette nouvelle prise de parole pour fustiger la présidente du Rassemblement National. Pour rappel, lors du 1er mai, Marine Le Pen s’est montrée très critique envers le gouvernement, déclarant que le mandat d’Emmanuel Macron était synonyme de “chaos” et de “violence”. Sans surprise, Gabriel Attal a tenu à réagir à cette sortie : “Quand on écoute Marine Le Pen, je pense qu’elle sait que personne n’y croit à ce qu’elle est en train de dire, a-t-il lâché en préambule.

“Elle parle de chaos avec nous, de paix civile avec elle, alors même qu’il y a encore quelques jours, elle soutenait l’idée d’un putsch armé hors de tout cadre démocratique pour intervenir en France contre la République, alors même qu’elle soutient des groupuscules type Génération identitaire, qui prêchent la haine et les actions violentes”, a dénoncé Gabriel Attal, qui a déjà estimé que la fille de Jean-Marie Le Pen était “dangereuse” pour la France. Et d’enfoncer le clou : “Elle a soutenu une tribune qui appelait à un putsch armé, y compris de militaires d’active. Donc la paix civile de Marine Le Pen, elle se ferait au son du canon. C’est ça que les Français savent très bien.”

Marine Le Pen prédit “le chaos” en cas de réélection d’Emmanuel Macron

Cette année, le 1er mai a en effet eu un parfum d’élection présidentielle. En déposant sa traditionnelle gerbe de fleurs devant la statue de Jeanne d’Arc à Paris, Marine Le Pen a une nouvelle fois égratigné le chef de l’État : “Nous venons de vivre quatre ans de chaos, de désunion, de fragmentation. C’est un mandat de violence et particulièrement de violence à l’égard du peuple français, a estimé la présidente du Rassemblement National, persuadée que la roue va tourner en sa faveur lors de la prochaine élection présidentielle : “C’est la raison pour laquelle je suis convaincue que je serai élue présidente de la République, a affirmé celle qui a été battue par Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle de 2017. L’avenir nous le dira…

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet