Frédéric Deban : comment la star de "Sous le soleil" a dilapidé son argent

Invité dans Ça commence aujourd’hui sur France 2 vendredi 12 novembre 2021, Frédéric Deban s’est confié sur sa descente aux enfers. Après le succès de Sous le soleil, l’acteur a connu des problèmes financiers ainsi que des soucis de santé.

Restez informée

Frédéric Deban est l’un des acteurs emblématiques de Sous le soleil. En rejoignant le casting de la série culte diffusée entre 1996 et 2008 sur TF1, le comédien a vu sa carrière décoller et son compte en banque gonfler. Jusqu’à ce que tout s’arrête. L’ancien interprète de Grégory Lacroix était invité sur le plateau de Ça commence aujourd’hui, vendredi 12 novembre 2021 sur France 2. À cette occasion, il a raconté comment sa fortune s’est peu à peu envolée. « Je l’ai flambée », a-t-il lâché. En effet, l’ancienne star du petit écran a voyagé à travers le monde, notamment au Brésil et au Maroc. « J’ai ouvert une maison d’hôtes, je me suis mis en cuisine. Ça a été un peu la banqueroute. La maison d’hôtes a très bien fonctionné mais il y a eu le Printemps arabe et j’ai été obligé de vendre parce que les réservations se sont effondrées. »

Après cette période difficile, Frédéric Deban a dû faire face à des soucis de santé. « C’était le soir de mes 50 ans. J’écoutais Michael Jackson à fond, je dansais comme un malade et il y a eu une bagarre. Je suis un peu bagarreur donc j’ai voulu y participer et j’ai reçu une bouteille de bière [sur le front] », s’est-il souvenu. Le lendemain, l’acteur s’est « réveillé avec un bruit énorme dans la tête, comme un Boeing 747 en phase de décollage ». À cette époque-là, il vivait dans une favela et a dû être rapatrié en France pour subir plusieurs examens médicaux. Il a alors appris qu’il souffrait d’une surdité soudaine bilatérale profonde et d’une hyperacousie.

« J’ai dû passer par la case du RSA »

Tout au long de cette descente aux enfers, Frédéric Deban, qui n’avait pas mis d’agent de côté, a fait des demandes d’aides financières. « Ça s’est complètement ressenti sur mon train de vie. On peut difficilement passer de 1.200 euros par jour pendant des années aux services sociaux de la mairie du 18ème [arrondissement de Paris, ndlr] pour aller demander une aide, ou à l’allocation adultes handicapés que j’ai mis trois ans à obtenir », a déploré l’invité de Faustine Bollaert. Et de révéler : « J’ai dû passer par la case du RSA. » Un témoignage déchirant…

Source: Lire L’Article Complet