François Mitterrand : les coulisses de sa relation secrète avec une étudiante

Dans Le dernier secret (Ed. Grasset), Solenn de Royer révèle que François Mitterrand a vécu une idylle avec une étudiante, durant les huit dernières années de sa vie. Invitée dans C à Vous sur France 5 mercredi 6 octobre 2021, l’autrice a livré quelques détails sur cette relation amoureuse.

Restez informée

C’est un livre inattendu. Dans Le dernier secret, paru aux éditions Grasset mercredi 6 octobre 2021, la journaliste Solenn de Royer lève le voile sur l’histoire d’amour qu’a entretenue François Mitterrand dans le plus grand secret, de sa réelection en tant que président de la République à sa mort. Cette relation a duré huit ans, après la rencontre entre l’homme d’État et cette étudiante en droit de 50 ans sa cadette, en 1988.

Lorsque leurs routes se sont croisées, François Mitterrand était âgé de 72 ans, tandis qu’elle en avait 22. Dans son ouvrage, la jeune femme s’appelle Claire, pour préserver sa vraie identité. À l’occasion de la sortie de ce récit, Solenn de Royer était invitée sur le plateau de C à Vous, diffusé sur France 5 mercredi 6 octobre 2021. La grand reporter au Monde a dévoilé quelques détails sur cette idylle – bien plus qu’une amourette passagère.

« Il l’appelait deux fois par jour »

Claire avait fait écouter les enregistrements de son répondeur, sur lequel François Mitterrand lui laissait des messages d’amour, à Solenn de Royer : « On a écouté ses cassettes et c’était un moment très bouleversant. On reconnaît la voix de Mitterrand, il lui laisse des dizaines, des centaines, des milliers de messages. Rien de compromettant. Il était très prudent au téléphone », a confié Solenn de Royer dans le talk-show présenté par Anne-Élisabeth Lemoine, avant de poursuivre : « Il l’appelait deux fois par jour. Il lui a fait une place considérable. Il avait une vie très encombrée. Il était à l’aube d’un deuxième mandat. Il avait deux familles dont l’une était encore cachée, Anne Pingeot et Mazarine. Et pour autant, il a fait une place très importante à cette jeune femme. Ce n’était pas une énième femme, une énième maîtresse. Il lui a donné une place témoin de ses dernières années, de la fin de son pouvoir, mais aussi de la fin de sa vie. »

Cette relation n’a pas toujours été simple à vivre pour François Mitterrand. « Ils avaient quand même 50 ans d’écart. Il n’assumait pas du tout cette différence d’âge. Il a beaucoup hésité. Il a été très troublé par cet enthousiasme, cette fascination qu’il suscitait chez cette très jeune fille », a précisé Solenn de Royer. Quant à l’ancienne étudiante, elle se souvient d’une « relation très forte », comme l’a rapporté la journaliste, qui évoque une histoire à « valeur historique ».

Source: Lire L’Article Complet