François Hollande a secrètement accueilli son père malade à l’Elysée

Malgré leur relation parfois tumultueuse, François Hollande a toujours été présent pour son père, Georges Hollande. Quand ce dernier est tombé malade, l’ancien président n’a d’ailleurs pas hésité à lui ouvrir secrètement les portes de l’Élysée, rapporte Le Monde ce jeudi 31 décembre.

A propos de

  1. François Hollande

Ils ne sont jamais vraiment compris. Entre François Hollande et son père, Georges Hollande, les rapports ont rarement été au beau fixe. Si l’ancien président a longtemps gardé des griefs contre ce père, instable, il n’a cependant pas hésité une seconde à l’accueillir au sein même de l’Élysée quand ce dernier était mal en point, comme le relatent les journalistes Vanessa Schneider et Solenn de Royer dans l’enquête Les présidents et leur père, une histoire compliquée publiée par le Monde ce jeudi 31 décembre.

C’est dans le plus grand secret que François Hollande, alors que son mandat s’achevait, a hébergé au palais l’ancien médecin ORL, dans l’incapacité de rester seul après une hospitalisation. “Il faisait le tour du parc, il avait l’air bien”, raconte l’ex-président, qui allait dîner avec lui, le soir. Un jour, au détour d’un couloir, il lui lance : “Ça va ? Tu te reposes bien ? ” “Qu’est-ce qu’on mange mal ici !” grogne le père. “Il n’était jamais content, jamais heureux”, soupire François Hollande.

Respect pour un père que j’aurais voulu embrasser une dernière fois. Je pense à toutes les familles qui sont dans le deuil et je rends hommage à tous les personnels soignants qui se dévouent pour les vivants. pic.twitter.com/hQ4aToplnI

Le père et le fils se souvent affrontés dans le passé”

Le 4 avril dernier, Georges Hollande s’éteignait dans un Ehpad où il avait été placé un an auparavant. Un véritable déchirement pour son fils qui, crise sanitaire oblige, n’a pas pu lui rendre une dernière visite. Car si les deux hommes ont parfois eu du mal à se comprendre, ils s’aimaient, indéniablement. “Le père et le fils se sont même souvent affrontés dans le passé, Georges était plutôt à la droite de la droite“, relatait un proche de la famille à nos confrères du Figaro suite à l’élection présidentielle de 2012. Et de conclure, au sujet de l’ancien médecin, grand admirateur du Maréchal Pétain : “Il a voté pour son fils, même s’il n’a jamais partagé ses idées“.

Crédits photos : Cyril Moreau / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet