EXCLU – “Ça me rend dingue !” : Gérald Kierzek en colère contre les médecins des plateaux télé

Incontournable des plateaux de LCI depuis le début de la pandémie, le consultant médical de la chaîne d’information Gérald Kierzek accorde dans le numéro de Gala en kiosque ce jeudi 23 décembre une interview dans laquelle il révèle en exclusivité ce qu’il pense des autres médecins qui s’expriment à la télé.

« Moi, je viens de Saint-Étienne, d’un milieu modeste qui n’a rien à voir avec l’aristocratie médicale. » Dans le paysage médiatique, Gérald Kierzek dénote et il le sait. « Regardez qui s’exprime en permanence sur les plateaux de télé en ce moment : les professeurs de Paris. Sur les 250 000 médecins en France, c’est moins de 1 % des gens. Ce n’est pas représentatif de la réalité médicale », déplore le médecin consultant de LCI dans une interview accordée à Gala dans le numéro en kiosque ce jeudi 23 décembre.

Celui qui estime que « le professeur Raoult n’a pas dit que des bêtises », a la dent dure contre les médecins que l’on voit quasi-quotidiennement à la télévision depuis deux ans qui auraient causé selon lui des ravages et nuit à l’image des médecins. « Désormais, il faut redorer le blason de notre profession, réconcilier les docteurs avec leurs patients à cause de dix hommes sur des plateaux qui ont provoqué avec la Covid, une véritable défiance envers nos métiers », s’agace dans les colonnes de Gala Gérald Kierzek. « Quand je pense à tous ces types qui affolent les gens, cela me rend dingue », lance le directeur médical de Doctissimo.

> Découvrez quels membres du gouvernement ont eu le Covid

Un homme de télé, mais surtout de terrain

Pour ne pas devenir un de ces médecins qu’il abhorre tant, que certains ont le sentiment de ne voir que sur les plateaux et plus dans les hôpitaux, il tient « absolument à garder un pied à l’hôpital afin d’être légitime ». « Alors je m’organise, je fais deux gardes par semaine, les mardis et jeudis soir et un week-end par mois. C’est un rythme soutenu, mais cela me convient parfaitement », explique dans Gala Gérald Kierzek.

Aujourd’hui, sa ligne est beaucoup plus rassurante que l’alarmisme auquel nous a habitués l’actuel ministre de la Santé, Olivier Véran. Serait-il prêt à le remplacer ? Accepterait-il un poste au gouvernement ? « La déconfiture du système de santé et la déconnexion avec le terrain, j’en ai ras-le-bol. Si j’ai la possibilité de faire quelque chose, je le ferai », répond-il comme toujours sans langue de bois.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture TF1

Autour de

Source: Lire L’Article Complet