Evelyne Thomas : son témoignage très amer sur le milieu de la télévision

Aujourd’hui animatrice sur Chérie 25 et YouTube, Evelyne Thomas a connu les hautes sphères de la télévision à l’époque où elle cartonnait sur les chaînes hertziennes. Une cour des grands qu’elle ne regrette pas, tant elle livre un regard froid sur ce petit milieu.

Jadis animatrice sur TF1 et France 3, Evelyne Thomas évolue depuis quelques années sur Chérie 25 et plus récemment sur YouTube, où les nouveaux numéros inédits de C’est mon choix sont désormais publiés. Des activités sur le web et la TNT qui la mettent moins en avant que par le passé, mais cela ne semble pas la déranger. Invitée ce mercredi 6 novembre dans Morandini Live sur CNews, elle a expliqué qu’elle avait « une vie à part » : « J’ai fait le choix que j’aurais peut-être dû faire il y a 20 ans, de partir. Comme beaucoup de gens le savent, je vis en Corse. » Loin de la région parisienne et ses plateaux de télévision, elle est plus apaisée qu’à l’époque où elle était « un petit poisson dans un océan de requins ». Et à cette période de sa vie, elle s’était posée beaucoup de questions sur son avenir.

Evelyne Thomas a voulu arrêter la télévision

Si elle se définit comme « intrinsèquement journaliste » et assure que la télévision restera à jamais sa « base », Evelyne Thomas a connu des moments de doute. « Quelques fois, c’est vrai, j’ai eu la tentation d’abandonner parce que c’est un métier dur, où on ne vous pardonne rien », a-t-elle confié sur CNews. Cela est arrivé « à beaucoup de moments de [sa] carrière » : « Ça fait quand même 30 ans que je fais ce métier », a-t-elle rappelé. Jean-Marc Morandini lui a donc demandé si elle avait été « déçue » par le monde de la télévision. « Déçue, non, parce que je n’étais pas une oie blanche non plus. Et finalement, je suis revenue à la télévision grâce à Chérie 25 qui m’a rappelée », a-t-elle nuancé. Elle ne regrette en revanche pas le moins du monde d’avoir quitté « le triangle d’or parisien » pour s’installer en Corse : « Le fait de s’être éloignée de la capitale fait que je ne suis plus dans l’entre-soi, je suis avec les gens. Et ça, ça me procure un bien-être et une distance. » Tout ce qui lui manquait à la grande époque de C’est mon choix.

Source: Lire L’Article Complet