« Être un leader, c’est être craint » : Christophe Castaner assume son autorité

A la tête du groupe LREM à l’Assemblée nationale depuis septembre dernier, Christophe Castaner a réussi sa reconversion. À son nouveau poste, l’ancien ministre de l’Intérieur veille à son leadership et n’hésite pas à faire preuve d’autorité quand il le faut, comme l’a rapporté L’Express ce mercredi 17 février.

A propos de

  1. Christophe Castaner

S’il se fait moins voir, Christophe Castaner n’a pas quitté l’arène. Loin de là. En septembre 2020, après avoir exercé les fonctions de ministre de l’Intérieur pendant près de deux ans, il a rejoint la tête du groupe LREM à l’Assemblée nationale. Celui qui a longtemps été vu comme le protégé d’Emmanuel Macron, dont il n’a jamais nié être proche, réussit sa reconversion. Longtemps critiqué – il a même été un temps la bête noire de Jean Castex – Christophe Castaner assume aujourd’hui son rôle, et le pouvoir qui va avec, comme le relate L’Express qui lui consacre un portrait ce mercredi 17 février. “J’écoute tous ceux qui veulent me voir, mais être un leader, ça veut dire savoir trancher, ça veut dire être craint, affirme-t-il.

Alors qu’il est désormais seul aux commandes, “lui et son équipe centralisent tout”, notent nos confrères. “C’est ça avoir de l’autorité. J’ai besoin de tout savoir, tout voir, pour tout comprendre, assure l’intéressé, avant de poursuivre : “Après, quand je suis en confiance, il n’y a pas de problème, mais je sais bien que s’il y a une merde, ça sera de ma faute.” Un style qui tranche avec celui de son prédécesseur, Gilles Le Gendre, qui était “davantage DRH que leader”, comme le souligne L’Express.

Un président de groupe “sécurisant”

Fort de son expérience passée, au parlement puis au ministère de l’Intérieur, Christophe Castaner n’est plus un novice en politique. Il sait désormais comment agir en cas de crise, maîtriser les fortes têtes mais aussi anticiper les polémiques. À l’Assemblée Nationale, beaucoup le trouvent d’ailleurs “sécurisant” en tant que chef de groupe. “Désormais, le groupe refait de la politique. Et, au fond, la confrontation entre le gouvernement et le groupe va dans le bon sens : Christophe met sur la table ce qu’il veut, pose sa ligne, et une fois qu’on a un deal avec lui, il le tient, observe un ministre auprès de nos confrères. “Objectivement, l’atterrissage est réussi”, admet le président du groupe MoDem Patrick Mignola.

Quel avenir politique pour Christophe Castaner ?

Si la personnalité de Christophe Castaner, qui ne fait pas encore l’unanimité, continue de faire jaser dans l’hémicycle, le député LREM Bruno Bonell estime que “le costard lui va très bien” : C’est indéniable qu’il est aujourd’hui le patron, là-dessus il n’est remis en cause par personne.” Patron certes, mais jusqu’à quand ? En juin 2022, sa mission à la tête du groupe LREM à l’Assemblée nationale prendra fin. Si Emmanuel Macron est réélu, nul doute qu’un poste lui sera destiné. Une nouvelle mission que l’ancien ministre devrait, une fois de plus, accepter “sans rechigner” : “Casta, c’est le Godefroy de Bouillon de La République en marche : quoi qu’il arrive, il ira jusqu’au bout pour la cause”, ironise un parlementaire LREM auprès de L’Express. En attendant que son avenir politique s’éclaircisse, Christophe Castaner, toujours influent au sein du gouvernement, conserve aussi un lien étroit avec Emmanuel Macron. N’en déplaise à ses détracteurs…

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet