Estelle Lefébure desservie par sa beauté : « En France, on la paie un peu »

Dans une interview accordée à Paris Match ce jeudi 19 août, Estelle Lefébure a confié comment son physique avait pu être un frein quand elle a décidé de passer le pas et de devenir actrice.

Elle a accédé à la célébrité grâce à elle. Mais la beauté d’Estelle Lefébure a parfois été un obstacle à ses rêves professionnels, comme elle l’affirme à Paris Match ce jeudi 19 août. L’ancienne mannequin, dont la blondeur s’est étalée de nombreuses années en couverture des magazines, a dû lutter contre sa propre plastique pour accéder à son désir de devenir actrice, puis comédienne au théâtre. « Au départ, on m’a refusé l’emploi d’actrice à cause de mon métier de mannequin. Pour convaincre, j’ai dû endosser des rôles durs, à contre-emploi.« 

Elle se remémore ainsi son premier court-métrage, Au petit matin, dans lequel on pouvait également retrouver Kool Shen : « Un court-métrage très dur, primé partout. Le réalisateur, Xavier Gens, m’avait dit ‘On ne va pas pouvoir t’enlaidir.‘ Eh bien si ! Je ne suis pas que jolie, j’ai autre chose en moi et je peux le prouver. » Elle le regrette, le milieu du cinéma français ne semble pas à l’aise avec les anciennes mannequins, et reste paralysé devant les ex-reines de beauté. « Dans le milieu, contrairement aux États-Unis, où l’on aime faire rêver avec de beaux acteurs, en France, sa beauté, on la paie un peu. On ne vous prend pas au sérieux. » s’agace-t-elle.

« Estelle, pas possible, pas assez provinciale »

Et selon l’actrice, qui a fait avant le début de la crise sanitaire ses premiers pas au théâtre, les responsables de castings en France ont une tendance à plaquer sur les actrices des projections éloignées de la réalité, fondées uniquement sur leurs physiques : « Je me souviens d’un casting où l’on a considéré ‘Estelle, pas possible, pas assez provinciale!’ Moi qui revendique ma Normandie ! C’est quoi, être provinciale ? C’est désobligeant, c’est cruel, et ça résume tout. » Une ancienne mannequin serait obligatoirement un symbole de beauté, d’élégance et donc forcément parisienne. Et une actrice, obligatoirement jeune : « C’est comme l’âge : une actrice ne doit pas vieillir. Bon, il me semble que cela change un peu. » espère-t-elle.

Elle avait déjà réussi à atteindre les petits et grands écrans, notamment grâce au film de Maïwenn, Le bal des actrices, en 2009. Mais il manquait encore quelque chose à la carrière d’Estelle Lefébure : le théâtre. « J’ai besoin de passer par la scène pour montrer dans le métier, que je suis là. Le cinéma a tendance à vous mettre dans des cases« . La scène, qu’elle brûle de fouler dès le mois de septembre, avec sa nouvelle pièce, « Les grandes ambitions« . Elle qui a « beaucoup attendu » pour monter sur scène, elle se réjouit d’être « en train de réaliser » ses propres ambitions : « Prouver que je suis aussi une comédienne« . Envers et contre ceux qui la confinent à sa plastique, et ses ex-amours.

Crédits photos : CYRIL MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet