Éric Zemmour “intelligent”, “affectif” ou “drôle” ? Ce questionnaire envoyé aux membres de Reconquête

Critiqué pour la gestion interne de son parti, Éric Zemmour aurait fait passer un questionnaire pour sonder ses adhérents sur leurs ressentis. Une manière pour l’ex-candidat à la présidentielle d’avoir un fonctionnement plus vertical avec ses militants, relate Le Parisien, ce mercredi 6 juillet.

A propos de


  1. Eric Zemmour

Ses deux campagnes successives, à la présidentielle et aux législatives, se sont soldées par de cuisants échecs. Ancien chroniqueur sur CNews, Éric Zemmour ne s’est pas qualifié pour le second tour dans la course à l’Élysée et n’a envoyé aucun député à l’Assemblée nationale, ayant été lui-même sèchement éliminé dans le Var. Critiqué pour la gestion de sa formation politique, le fondateur de Reconquête ! aurait transmis ce jeudi 7 juillet un grand questionnaire afin de sonder les adhérents sur leurs ressentis. Comme le relate Le Parisien, ce document permet à l’ex-journaliste du Figaro de consulter ses 130 000 militants, afin de déterminer ce qu’ils pensent de son programme, ce qu’ils attendent du parti dans les prochaines années et où ils se positionnent politiquement.

Dans son questionnaire, Éric Zemmour demanderait notamment à ses militants s’ils le trouvent plutôt « intelligent », « courageux », « affectif », « drôle » ou, au contraire, « dur », « autoritaire », « extrémiste » ou « radical ». D’après Le Parisien, l’essayiste d’extrême droite a également consulté ses militants sur les principales polémiques de sa campagne présidentielle, notamment l’épisode du fusil brandi vers un journaliste au salon Milipol. L’occasion de sonder les sympathisants sur leurs mesures plébiscitées, dont l’obligation de prénom français, ou sur leurs thèmes de prédilection (identité, pouvoir d’achat…).

>> À lire aussi : PHOTOS – Sarah Knafo et Éric Zemmour complices au Salon de l’agriculture

La gestion de Reconquête ! critiquée par ses membres

La date butoir du questionnaire d’Éric Zemmour serait fixé au 15 août. Objectif : avoir une base de travail pour préparer l’université d’été de septembre, organisée dans un domaine privé de Vinon-sur-Verdon (Var). L’écrivain, en couple avec sa proche conseillère Sarah Knafo, mise sur ce rendez-vous pour redresser son parti, dont la gestion a été critiquée en interne. D’aucuns reprochent à l’état-major du parti de manquer d’encadrement et de soutien, et craignent même de ne pas recevoir le remboursement de leurs frais de campagne.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Denis Guignebourg / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet