Éric Ciotti « pas à la hauteur » ? Comment il s’est attiré les foudres du camp d’Emmanuel Macron

Ce lundi 10 janvier, dans les pages du Parisien, David Doukhan est revenu sur une petite guerre existante entre Éric Ciotti et l’actuel chef de l’État. Selon lui, le finaliste du congrès LR s’est même attiré les foudres du clan d’Emmanuel Macron avec une action bien précise.

« L’heure n’est plus aux politesses, mais à l’affrontement« . Ce lundi 10 janvier, le rédacteur en chef du service politique du Parisien, David Doukhan, a choisi d’évoquer, dans les colonnes du quotidien, les tensions actuelles entre Éric Ciotti et Emmanuel Macron. D’après le journaliste, le finaliste du congrès Les Républicains aujourd’hui membre de l’équipe de campagne de Valérie Pécresse a choisi de boycotter la venue du président de la République dans sa région ce lundi 10 janvier. Alors qu’Emmanuel Macron se rendra dans la vallée de la Roya, ravagée par la tempête Alex en 2020, Éric Ciotti, lui, lancera au même moment le « comité de soutien » départemental à la candidate des Républicains. 

Cette absence de rencontre déroge à la fameuse règle de l’ »accueil républicain« , à laquelle les élus et députés locaux sont normalement soumis à l’arrivée du chef de l’État sur leurs terres. Ainsi, aux yeux des membres du clan d’Emmanuel Macron, ce boycott ne passe pas. « Pour un homme qui passe ses journées à faire des leçons sur la République et la nation, c’est à minima paradoxal, à maxima pas à la hauteur« , a clamé un actuel ministre. « Ciotti est en train de devenir pire que sa caricature« , a quant à lui taclé Roland Lescure, député LREM.

>> Découvrez : PHOTOS – Barbe, cheveux longs… Les looks étonnants d’Emmanuel Macron

Pourquoi Ciotti boycotte la venue de Macron ?

Selon Éric Ciotti, le nouveau Monsieur sécurité de la campagne de Valérie Pécresse, la visite de Macron « est un déplacement de campagne« , et ne nécessite donc pas sa venue. En référence aux récents propos polémiques du président, le député LR a ajouté : « Son attitude n’est pas celle d’un président, mais celle d’un candidat volontairement clivant, comme l’ont montré ses propos sur les ­non-vaccinés« . L’heure semble bel et bien à la guerre politique.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Bruno Bebert / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet