Emmanuel Macron : viré pour violences conjugales, la promotion de son ex-conseiller ne passe pas

Condamné pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, Jérôme Peyrat, a retrouvé un poste à La République en marche selon Libération. Une promotion loin de faire l’unanimité.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

Un an après avoir démissionné de son poste de conseiller auprès d’Emmanuel Macron, en raison enquête préliminaire le visant « dans le cadre d’une dispute dans (sa) vie privée », Jérôme Peyrat a retrouvé du travail à… La République en Marche. Selon Libération, celui qui avait été « viré par Macron » avant d’être condamné en septembre dernier pour violences envers son ex-compagne à 3 000 euros d’amende avec sursis a été nommé « conseiller politique à la délégation générale du mouvement présidentiel ». La newsletter « Chez Pol » du journal précise ce vendredi 15 janvier que l’ancien élu LR, maire de La Roque-Gageac, en Dordogne, sera en charge de « la stratégie pour les futures élections régionales et départementales ». Une nomination, malgré sa condamnation, qui fait grincer des dents, alors que la lutte contre les violences faites aux femmes est souvent présentée comme l’une des priorités du mandat présidentiel d’Emmanuel Macron.

« Ah il est loin le bon temps où le gouvernement sous Marlène Schiappa nous assurait avec Emmanuel Macron qu’endiguer les violences faites aux femmes était ‘la grande cause du quinquennat’ ! », réagit sur Twitter une internaute. L’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes-hommes, désormais en charge de la Citoyenneté au ministère de l’Intérieur, est l’une des cibles des critiques. « Dites Marlène Schiappa, ça ne vous choque pas que Jérôme Peyrat, coupable de violences conjugales, soit embauché et payé par LREM ? Vraiment grande cause les violences faites aux femmes sauf si ce sont des LREM ? », commente un internaute, dénonçant un deux poids, deux mesures. « Condamné et viré pour violences sur sa femme, Jérôme Peyrat revient aux affaires auprès d’Emmanuel Macron. Les autres : Bienvenue au club ! », ironise de son côté la blogueuse Dominique Cozette.

Ah il est loin le bon temps où @egalite_gouv sous @MarleneSchiappa nous assurait avec @EmmanuelMacron qu’endiguer les #violencesfaitesauxfemmes était « la grande cause du quinquennat » [email protected] n’a pas l’air d’être au courant…
https://t.co/YIiXVitiF0

#touvabien dans le nouveau monde ! Jérôme Peyrat, ex-conseiller de Macron, promu à LREM malgré sa condamnation pour violences conjugaleshttps://t.co/thMM86itfS

Envoyé via @updayFR

Dites @MarleneSchiappa , ça ne vous choc pas que #jeromePeyrat , coupable de violence conjugale,soit embauché et payé par LREM? Vraiment grande cause les violences faites aux femmes sauf si ces des lrem??

Jérôme Peyrat, ex-conseiller de Macron, condamné pour violences envers son ex-compagne. Il est recasé comme conseiller politique à la délégation générale LREM en charge des prochaines élections. Pas vraiment une punition pour une brute qui s’attaque à une femme !

« Pas vraiment une punition »

Le sarcasme est aussi de mise pour un autre utilisateur de Twitter qui écrit : « Tout va bien dans le nouveau monde ». L’arrivée de Jérôme Peyrat à La République en marche quelques mois après sa condamnation pour violences conjugales fait aussi bondir certaines personnalités politiques. « Il est recasé comme conseiller politique à la délégation générale LREM en charge des prochaines élections. Pas vraiment une punition pour une brute qui s’attaque à une femme ! », dénonce notamment sur Twitter le délégué départemental de la fédération du Rassemblement national de la Mayenne Jean-Michel Cadenas.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Jacques Witt / Laurent Chamussy / Pool / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet