Emmanuel Macron motivé pour 2022 : « Il n’a rien perdu de sa détermination »

Auprès du Figaro, ce mardi 24 août, Marlène Schiappa a évoqué la motivation d’Emmanuel Macron à poursuivre la transformation du pays dans un contexte où l’élection présidentielle de 2022 approche à grands pas.

Officiellement, Emmanuel Macron n’est pas encore candidat à sa réélection. Mais, voir le président de la République sur la ligne de départ de la prochaine élection présidentielle en 2022 ne semble faire aucun doute. D’autant plus si on en croit certaines déclarations de sa garde rapprochée qui tente de semer quelques graines ici ou là à ce sujet. Par exemple, auprès du Figaro ce mardi 24 août, Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, a indiqué qu’Emmanuel Macron n’avait « rien perdu de sa détermination à transformer le pays ».

Soulignant que la majorité gouvernementale a été freinée « par le Covid pendant la moitié du quinquennat », Marlène Schiappa a affirmé que les proches du chef de l’État, dont elle fait partie, peuvent « encore aller plus loin ». Pour cela, elle espère pouvoir compter sur les bulletins de vote glissés dans les urnes par une « majorité silencieuse » : « Celle qui veut pouvoir aller travailler, qui respecte les règles collectives, qui se fait vacciner, souhaite qu’on sorte du Covid-19, qui trouve que c’est bien d’accueillir des Afghans persécutés tout en procédant à des vérifications », a-t-elle résumé. Et de conclure son propos : « C’est la France de Rocard, de Chaban-Delmas, la France responsable. »

Quand va-t-il se déclarer candidat ?

Le 3 juin dernier, au cours d’une table ronde dans le Lot, Emmanuel Macron avait fait savoir qu’il était « trop tôt pour dire » s’il sera candidat ou non en 2022. Il avait notamment justifié sa réponse en prévoyant un été qui ne sera pas « en pente douce » et des « choix à faire ». Et, en effet, malgré des vacances studieuses au fort de Brégançon, Emmanuel Macron a vécu des dernières semaines chargées avec la gestion de la crise sanitaire marquée par les manifestations contre le pass sanitaire, ou plus récemment l’accueil de réfugiés afghans en France. La rentrée sera-t-elle plus propice à l’annonce d’une candidature ? Il n’en n’est pas certain, d’autant plus qu’une grogne sociale, voire une reprise épidémique pourraient arriver sur le bureau du président de la République. On pourrait alors se diriger vers une campagne express d’Emmanuel Macron. À moins finalement qu’il ne renonce à un second mandat comme son prédécesseur François Hollande ?

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Eliot Blondet/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet