Emmanuel Macron giflé : un ami de l’agresseur révèle pourquoi il a craqué face au président

Au lendemain de la gifle reçue par Emmanuel Macron, un ami de Damien Tarel, l’agresseur, s’est exprimé sur les ondes de RTL. Il a révélé pourquoi, selon lui, l’homme a craqué et commis ce geste à l’encontre du président.

Emmanuel Macron

En seulement quelques minutes, la vidéo avait déjà fait le tour des réseaux sociaux. A l’approche de la troisième étape du déconfinement, Emmanuel Macron s’était rendu ce mardi 8 juin dans un lycée hôtelier de la ville de Tain-L’Hermitage, dans la Drôme. Mais en guise de salutations, le président de la République a eu le droit à… une gifle ! Posté au premier rang derrière les barrières de sécurité, un homme du nom de Damien Tarel lui a asséné une baffe alors qu’il venait à sa rencontre. Depuis, les enquêteurs s’interrogent sur la personnalité de cet homme de 28 ans qui semble fasciné par la mouvance royaliste. Avait-il prémédité son acte ? Etait-il déjà connu des services de police ? Selon un de ses proches amis, qui s’est exprimé sur les ondes de RTL, il s’agit avant tout d’un garçon sans histoires. Bien qu’adepte du mouvement des Gilets jaunes, il n’aurait jamais laissé présager un tel acte. Selon son ami, il aurait simplement craqué lorsqu’il se serait retrouvé face au mari de Brigitte Macron.

Damien Tarel aurait été à bout

Sidéré par le geste de Damien Tarel, Loïc affirme que rien n’était prémédité. “Il n’avait pas prévu de faire quelque chose comme ça. Quand je l’ai vu, ça m’a vraiment laissé abasourdi, car c’est quelqu’un qui ne peut pas faire de choses comme ça. J’ai fait des arts martiaux avec lui, j’ai fait beaucoup de choses, c’est plutôt un tempérament calme“, a-t-il martelé sur les ondes de RTL.

Mais selon lui, Damien Tarel aurait ressenti un trop-plein de colère en se retrouvant face au chef de l’Etat. “Je pense que voir Emmanuel Macron comme ça, ç’a été une impulsion parce que ‘je n’ai pas de travail, je suis au RSA alors que je cherche comme un fou…’. C’est un cri de détresse pour dire : ‘Monsieur Macron regardez-nous, on est à bout’Je peux vous assurer que dans sa cellule, il doit s’en vouloir, parce qu’il n’est pas du tout comme ça, estime Loïc. Une impulsion qui risque de lui coûter très cher…

Source: Lire L’Article Complet