Emmanuel Macron giflé : François Hollande monte au créneau

Après la gifle reçue par Emmanuel Macron lors d’un déplacement dans la Drôme, François Hollande a lui aussi réagi.

Il apporte tout son soutien à son successeur. Comme de nombreuses personnalités politiques, François Hollande a sans surprise exprimé sa solidarité envers Emmanuel Macron, giflé à la sortie d’un lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage mardi, dans le cadre de sa visite dans la Drôme et de sa tournée pour “prendre le pouls du pays“.

Agresser le président de la République, c’est porter un coup insupportable et intolérable à nos institutions, a-t-il écrit sur Twitter. Face à ce geste inqualifiable, toute la Nation doit être solidaire du chef de l’État. J’adresse dans ces circonstances tout mon soutien à Emmanuel Macron“. Habitué à égratigner l’actuel locataire de l’Elysée, le compagnon de Julie Gayet a évidemment mis de côté leurs différends politiques en réaction à ces images choquantes.

Agresser le Président de la République c’est porter un coup insupportable et intolérable à nos institutions. Face à ce geste inqualifiable, toute la Nation doit être solidaire du chef de l’Etat. J’adresse dans ces circonstances tout mon soutien à @EmmanuelMacron.

D’autres adversaires d’Emmanuel Macron ont fait de même. À commencer par Jean-Luc Mélenchon, qui s’est dit solidaire du Président dans un tweet posté rapidement après la diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux. Marine Le Pen a quant à elle jugé “inadmissible de s’attaquer physiquement au président de la République“, tandis que Xavier Bertrand a évoqué un “geste inacceptable“.

La réaction étonnante du président

Emmanuel Macron, lui, aurait eu une réaction étonnante. “Les hostilités ont visiblement commencé !“, aurait-il lâché quelques instants après la gifle face à des restaurateurs. Ce qui fait écho aux mots de son entourage, qui a souhaité dédramatiser. “Tout roule, la séquence continue. C’est une tentative de coups sur le président, deux secondes plus tard il a continué le serrage de mains“, a-t-on expliqué autour du président, dont le dispositif de sécurité n’aurait pas connu de faille.

Crédits photos : Cyril Moreau / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet