Emmanuel Macron à Brégançon : nouvelle vidéo en polo au milieu du salon

Chose promise chose due : Emmanuel Macron a répondu aux questions des internautes sur la crise sanitaire. Cette fois dans le salon du fort de Brégançon, le chef de l’État a évoqué les effets secondaires de la vaccination, dans une vidéo mise en ligne sur Instagram, ce mardi 3 août.

Au fort de Brégançon, Emmanuel Macron a troqué le costume pour un polo Lacoste à col relevé. En vacances estivales, le chef de l’État a dégainé son smartphone pour répondre aux questions des Français sur la vaccination anti-Covid. Dans une vidéo mise en ligne sur Instagram ce mardi 3 août, le locataire de l’Élysée apparaît dans le salon de la résidence présidentielle, en mode selfie. Le sujet du jour : les effets secondaires. “Je me suis fait vacciner comme beaucoup d’entre vous et je n’ai pas eu d’effets secondaires”, a déclaré le locataire de l’Élysée, bien décidé à inciter les Français à se faire vacciner.

En France, plus de 70 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont été injectées alors que moins de 65 000 effets secondaires ont été répertoriés. Parmi ces cas, “une écrasante majorité d’effets secondaires extrêmement bénins”, a affirmé Emmanuel Macron, évoquant de la fatigue et “un peu de fièvre” pendant un ou deux jours. À l’inverse, le Covid-19 a tué plus de 4 millions de personnes à travers le monde, “beaucoup plus” selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). “Vous avez plus de risques en prenant votre voiture qu’en vous faisant vacciner”, a ajouté le chef de l’État, tout en précisant que la vaccination “sauve des vies”.

https://www.instagram.com/p/CSHZzY-DJc4/

A post shared by Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

La bonne cible avec le bon outil

En misant ainsi sur l’interaction et les réseaux sociaux, Emmanuel Macron entend s’adresser aux populations les plus sujettes à la désinformation, notamment les plus jeunes. Mais ces sessions de questions-réponses produiront-elles des effets concrets ? Pour Gilles Pialoux, le président a trouvé une manière efficace de s’adresser aux jeunes non-vaccinés. “C’est la bonne cible, et c’est le bon outil. Parce que ce n’est pas en passant au 20 heures de TF1 qu’on arrivera à convaincre cette tranche d’âge qui est vaccinée autour de 40%, et qui est celle où circule le plus le virus”, a estimé le chef du service des maladies infectieuses de l’Hôpital Tenon à Paris, lors d’un entretien à LCI ce mardi 3 août.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet